fr.planet.wikimedia

July 01, 2015

Wikimédia France

La liberté de panorama au service des biens communs

Les débats autour de la réforme du droit d’auteur et du rapport Reda sont très éclairants. Ils permettent à chacun d’exprimer leurs positions, et de montrer leurs compétences, et parfois leurs lacunes… comme par exemple Jean-Marie Cavada !
Dans un billet publié sur son blog, il montre qu’il passe complètement à coté du mouvement collaboratif et des biens communs. Pour lui, Facebook et Wikipédia, c’est la même chose, à savoir “des monopoles américains” dont le but est de gagner de l’argent en ne payant pas les créateurs.

Wikimédia n’est pas Facebook

La fondation Wikimédia gère des sites de contenus, administrés directement par les utilisateurs, pour la libre diffusion de la connaissance, sans le moindre but lucratif. La fondation n’est absolument pas propriétaire des contenus. A l’inverse, Facebook est une plateforme à but lucratif, dont le but n’est pas d’améliorer le bien commun mais d’exploiter commercialement une position d’intermédiation entre des personnes ainsi que les contenus qu’ils postent. La comparaison serait pertinente si Facebook était dirigée, non par Mark Zuckerberg, mais par la communauté des utilisateurs, que Facebook ne réclame aucun droit sur ces contenus et n’en tire aucun bénéfice. On en est loin !
Or, c’est là que se fait la différence, car Wikimédia se situe dans la lignée du mouvement des biens communs, avec des motivations toutes autres que les grandes plate-formes propriétaires. L’idée n’est pas de gagner de l’argent, mais de permettre à tous d’avoir le meilleur accès possible à la connaissance.
M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

L’opposition des industries culturelles

Il est évident que ce mouvement se heurte aux titulaires des droits de propriété intellectuelle, car le droit d’auteur est une barrière à la libre diffusion de la connaissance. L’obstacle est double. Il faut solliciter une autorisation de l’ayant droit, ce qui demande des démarches, et bloque toute fluidité. Alors que la technologie permet aujourd’hui une diffusion massive du savoir et la culture, il faudrait ne pas s’en servir… L’autre aspect, et c’est celui-là qui est bloquant chez Jean-Marie Cavada, est la barrière financière. Les industries culturelles et sociétés de gestion de droit, qui se sont développées à l’ombre des artistes, veulent diffuser les œuvres, mais moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Cette revendication est légitime et Wikimédia n’a jamais contesté l’existence du droit d’auteur. Il demande juste des aménagements, sur des contenus à la marge, qui ne sont pas les plus lucratifs pour l’industrie culturelle, mais dont la rétention bloque sérieusement la diffusion et la réutilisation de la connaissance.

L’exemple de la liberté de panorama

Cette opposition entre le monde des biens communs et celui de la propriété intellectuelle s’est cristallisée, dans le cadre du rapport Reda, sur la question de la liberté de panorama, cette exception au droit d’auteur permettant de représenter une œuvre (architecture en particulier) si elle a été conçue pour demeurer en permanence dans l’espace public à la vue de tous. Les débats se sont focalisés sur la possibilité d’une réutilisation commerciale. Les députés de la commission des affaires juridiques ont adopté un amendement de Jean-Marie Cavada qui écarte cette possibilité de réutilisation commerciale. Cela viderait la liberté de panorama de son intérêt, car la notion de réutilisation commerciale est extrêmement floue. Si vous utilisez une image sur votre site personnel, sur lequel figure une bannière ou un bouton permettant de recueillir des dons, vous êtes déjà hors des clous… Autant dire que les possibilités de réutilisation seront plus que limitées du fait de l’insécurité juridique. Les sociétés privées de gestion du droit d’auteur ont beau dire qu’elles n’entendent pas attaquer les wikipédiens en justice, nous n’avons que leur promesse, qui n’engage, on le sait, que ceux qui les entendent. Devant un tribunal, cet engagement ne pèsera rien face à la loi.
Par contre, nous comprenons très bien l’intérêt des ayants-droit à ne pas attaquer Wikimédia. Sans possibilité de réutilisation commerciale, nous sommes un formidable pressbook gratuit, charge à Wikipédia de modifier les règles qui ont fait d’elle le premier site culturel mondial, en acceptant du contenu non libre, selon les desiderata de ces entreprises privées
Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ?

Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ? Photo Andreas Praefcke – CC-By

Le choix de la rente contre l’innovation

Les enjeux sont assez clairs. La liberté de panorama peut faire perdre quelques revenus à certains auteurs ou ayants-droit, ce qui est assez facile à calculer.
Mais elle peut aussi générer de l’activité économique, en levant des obstacles, notamment à la transformation des œuvres et à leur réutilisation “imprévue”. L’impact est alors plus difficile à évaluer car toutes les possibilités et donc les gains, ne sont pas connus au moment où la décision d’ouvrir les vannes est prise. Les gains ne sont pas seulement économiques, ils sont aussi sociétaux. La libre diffusion de la connaissance n’est pas qu’une question d’argent. La possibilité de réutilisation commerciale et l’innovation économique qui peut en découler ne sont pour nous qu’un moyen d’arriver à notre véritable but : l’amélioration du bien-être de tous, par une meilleure diffusion du savoir.

by Conseil d'Administration at July 01, 2015 08:16 AM

June 29, 2015

Darkoneko

Gribouillage 80 : Suppressionnisme (5).

0079 - suppressionisme 5   — Crédit ampoule : File:Acandescent_Light_Bulb.tif

Je ne suis pas chez moi pour les prochaines semaines. 5 gribouilles déjà programmées (dont celle ci) mais ya des chances que je ne suive pas trop l’actualité wikimédienne.


Classé dans:Gribouillage, les coulisses de Wikipédia Tagged: sources, suppressionnisme

by DarkoNeko at June 29, 2015 11:40 AM

June 28, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 26 – Panorama

Wikipédia compte 1 637 252 articles, 15 939 contributeurs actifs (85 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Citation : Aujourd’hui, c’est la liberté de panorama, mais qui sait quelle bannière on nous demandera demain de mettre sur la page d’accueil du site pour influencer … Continuer la lecture

by Frakir at June 28, 2015 08:10 PM

June 26, 2015

CHWiki

Portugal – Italie

Faute d’avoir une équipe capable de remplir son stade (et pourtant il a essayé), Hugh a décidé d’organiser des matchs de gala avec des grandes équipes. Mais comme les places sont chères, le stade reste (relativement) vide. Toujours est-il que ces matchs de gala font le bonheur des lumpenfotografen, qui ont ainsi eu l’occasion de […]

by Clément at June 26, 2015 11:30 AM

June 25, 2015

Darkoneko

Gribouillage 79 : la fin des monopoles.

0078 - monopoles

Courant 20eme siècle : la mode du chapeau passe. Les chapeliers sont furieux, allant parfois jusqu’à agresser (pas toujours que verbalement…) les hommes se baladant tête nue.(j’avais lu un article sur le sujet voici quelques années, mais plus moins de retrouver la source…)

2011 : l’UPP annonce la création de « l’Association contre le libre de droit » et passe pas mal de temps à fustiger « Wikipédia », tout particulièrement les initiatives telles que 「Wiki loves monuments」 et 「Wikicheese」(WMFr). Ils iront juste qu’à lobbier des amendements dans ce sens auprès du ministère de la culture.

juin 2015 : des groupes de chauffeurs de taxis fracassent des voitures à la batte de base-ball, les renversent, prennent en otage leur chauffeur. Courtney Love se souviendra longtemps de ses vacances en France, hehe. (source)

 


Classé dans:actualités, les coulisses de Wikipédia Tagged: chapeliers, courtney love, taxi

by DarkoNeko at June 25, 2015 04:03 PM

June 23, 2015

Wikimédia France

Pas de grève pour les hackers de Wikimedia !

Le vendredi 23 mai, jour de grève pour les transports en commun lyonnais… mais il en fallait plus pour décourager nos codeurs venus du monde entier pour travailler sur le développement d’outils autour des projets Wikimedia ! C’est ainsi que l’association Wikimédia France a organisé le hackathon annuel de Wikimedia à Écully, une petite ville juste à coté de Lyon.


Hackathon Wikimedia 2015 – France / Lyon par Wikimedia_France

Wikimedia_Hackathon_2015_-_2360_-_Group_photo

La traditionnelle photo de groupe – PierreSelim, CC BY

Mais pourquoi un hackathon… et pourquoi à Lyon ? 

Le Hackathon Wikimedia est le rendez-vous annuel des développeurs et codeurs du mouvement Wikimedia. C’est dans ces moments là que sont développés certains outils que vous utilisez désormais tous les jours lors de votre utilisation de Wikipédia et des autres projets. C’est pourquoi l’association a choisi d’organiser cet événement à Lyon, et plus précisément à Valpré, un centre de congrès et séminaires de la région lyonnaise. Les participants pouvaient ainsi profiter de tout le confort nécessaire, les logements et les salles de travail étant au même endroit. Une garderie, un restaurant, un grand terrain ainsi que 5 salles de travail étaient entièrement à disposition des codeurs nuit et jour.

L’édition 2015 du Hackathon Wikimedia fut une vraie réussite, avec la présence de plus de 200 participants venant de 20 pays différents ! De plus, cette année, l’organisation a été pensée pour accueillir de nouveaux contributeurs, et c’est ainsi que 66 nouveaux participants ont pris place le 23 mai à 9h dans l’amphithéâtre bondé du centre de congrès et séminaires Valpré où s’est déroulée la conférence d’ouverture du hackathon.

Conférence d'ouverture du Hackathon

Salle comble pour la cérémonie d’ouverture – Jean-Philippe Kmiec, CC BY-SA

Comment ça marche ?

Durant trois jours, les codeurs ont travaillé sur des modules et des outils en relation avec Wikipédia, Wikimédia Commons, WikidataMediaWiki et bien d’autres…  Au total, ce sont 62 rencontres et ateliers. Les participants avaient le choix de travailler dans une des 5 salles à disposition, ils pouvaient ainsi travailler de jour comme de nuit pour optimiser au mieux leurs développements. En parallèle des ateliers et des sessions, des conférences publiques étaient organisées. Celles-ci permettaient d’échanger avec le public et de présenter le mouvement Wikimedia, l’association ou encore les différents projets. Ce fut un coup de projecteur et un temps d’échange fort pour le groupe local lyonnais qui a partagé avec le public les initiatives organisées régulièrement dans la région.

33 projets présentés

Ce ne furent pas moins de 33 projets qui ont été présentés le lundi 25 mai à 16h, lors de la cérémonie de clôture. On retrouve des projets très graphiques comme Wikipédia sur iWatch ou encore une version ultra minimaliste de l’encyclopédie libre : La découvrir ! Mais aussi des projets plus technologiques avec la recherche de données en écrivant une phrase en langage naturel : testez-le (en anglais).

Un événement médiatisé 

Le Hackathon Wikimedia a été couvert par une quinzaine de médias régionaux et nationaux, ce fut l’occasion de communiquer autour de l’association et des projets de Wikimedia.

Retrouvez ci-dessous une infographie des statistiques de l’événement ! 

Infographie Hackathon Lyon 2015

Jean-Philippe Kmiec – CC-By-SA

by Jean-Philippe Kmiec at June 23, 2015 12:52 PM

June 19, 2015

Esby

2015-06-19- Japan Expo - Chronique d'une relation presse

Allez, un petit billet de blog sur Japan Expo...

Je préviens d'avance, c'est pas que du positif, c'est surtout pas mal de soucis et de problèmes qui ne devraient pas exister ou devraient être réduits...

Chaque année, Japan Expo revient...
la convention s'agrandit d'année en année...
Certains aspects sont bien organisés, d'autres le sont bien moins...

Dans les plus je note:
  • la gestion des files d'attente.
  • les panneaux d'information.
  • la très grande superficie et le très grand nombre de stands.
  • les scènes de bonne facture.
  • la gestion de la scène principale.
  • les invités qui peuvent être intéressants.

Dans les moins:

  • la foule, mais ça ne dépend pas vraiment de la convention. C'est juste une remarque préliminaire: il ne faut pas être ochlophobe ou agarophobe...
  • un coté 'usine' qui peut ne pas plaire.
  • les prix qui augmentent, mais la, c'est subjectif, mais pas forcément imputable qu'à la convention. Sur le prix de l'entrée, le prix par jour reste de 12.5 euros si on prend un passe 4 jours... cela reste raisonnable... La question intéressante serait  de savoir de combien ce prix peut augmenter avant que le grand public parisien ne décroche... La nourriture vendue est hors de prix, mais la, à nouveau, préparez vos sandwichs et emportez à boire avec vous...
  • la gestion presse de la convention qui exécrable et lamentable, c'est le sujet de ce billet de blog...


Je parle donc de la relation presse qu'entretient Japan Expo depuis quelques années: en préliminaire, il faut dire qu'elle a d'abord été gérée par Goma Communication puis, apparemment, par Warning Up cette année. Des personnes m'ont dit que c'était aussi le cas l'an dernier, n'ayant pas été accrédité depuis deux ans, j'ignore ce qu'il en ait dans les faits exactement, mais peu importe...

Je distinguerai aussi deux aspects:
  • la relation vis à vis du groupe photo de Wikimédia France, qui vise à l'accréditation de photographes pour la production de médias libres sur Commons, utilisables sur Wikipédia et d'autres sites (article de presse, blogs, etc.).
  • la relation vis à vis de mon activité propre: les vidéos de Concours Cosplay, actuellement hébergées sur YouTube.
Je tiens à séparer les deux, mais bon, même sur le premier aspect, il y a eu des soucis:
  • Pour Japan Expo Sud: Pas d'accréditation en 2013 alors qu'on avait des photographes locaux, c'est pour cela que la catégorie de cette année la ne comporte que quatre photos de fruits secs... Il n'y pas eu de Japan Expo Sud en 2014. Pour 2015, j'ai pu faire accréditer une personne, un peu au dernier moment: je ne recevais plus les mails et je ne pouvais pas accéder au compte de la structure. Je ne peux toujours pas y accéder à ce jour. 
  • Japan Expo: Pas d'accréditation en 2014. J'ai remplacé un photographe qui n'a pas pu venir en 2013 au pied levé. On nous avait d'ailleurs réduit le nombre d'accréditations... Cela a été ma dernière année de couverture en tant que photographe pour le groupe photo. Pour 2015, je n'ai toujours pas accès au compte de la structure et je ne reçois pas les mails presses... on ne peut pas dire que cela commence bien. Nous sommes à deux semaines du festival... Tout va bien... La catégorie de Commons reçoit des photos de contributeurs mais bon, c'est loin d'être de la même qualité...
  • Sur l'accès à la Live House, je n'ai pu faire de photos dans la fosse quand j'étais accrédité en 2012 et 2013... Problème mineur mais particulièrement agaçant quand on demande une accréditation pour des photos de concerts... 
Sur le second aspect, j'essuie des refus de création de structure depuis 2013. Les métriques de ma chaîne YouTube augmentent (3 millions de vues au rythme de 500000 vues tous les deux mois avec les abonnés qui augmentent), à la limite, j'arrive à faire me faire accréditer partout en France, mais pas à Japan Expo... Ça en devient paradoxal... Je veux dire: je suis dans la thématique j'ai des métriques non négligeables, mais non ça ne passe pas et je ne sais pas vraiment pourquoi... je suis à la limite partout en France  et ailleurs: Nice, Toulon, Marseille, Montpellier, Montélimar, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris, Dijon, Lyon, bientôt Annecy et même Bruxelles mais je ne suis pas accréditable à Japan Expo...

J'ai des personnes et des sites (dont Costume Player, Gamergen)  qui me demandent pour partager et réutiliser mes vidéos, ce qu'ils font sans aucune difficulté de ma part, mais au final j'ai l'impression de pas être assez visible vis à vis des critères traditionnels de YouTube, il faut dire que les vidéos de Cosplay ne sont pas spécialement virales, ça n'aide probablement pas vis à vis d'un observateur extérieur au Cosplay et comparant ce qu'il connaît sur YouTube.

Au fond, qu'est ce qui ne va pas au niveau de Japan Expo et de la relation presse?
  • la procédure d'accréditation est gérée au dernier moment, ce qui met l'accrédité presse dans une situation d'incertitude. On ne sait pas si notre demande va être acceptée ou non. Notre solution de repli serait d'acheter un billet premium, mais ceux ci sont épuisés depuis des mois à ce moment la...
  • la procédure d'accréditation ne permet pas d'éviter le 'je demande une accréditation pour éviter de payer la place'. les blogs et sites non notables (au sens de l'observateur externe) devraient se voire proposer l'option de payer l'entrée contre une accréditation...
  • Toujours sur la procédure d'accréditation: la validation du compte est définitive, si on veut retenter sa chance, pour des raisons X ou Y, on a de choix que d'utiliser un autre mail... Cela engorge les demandes alors qu'il pourrait être possible de refaire une demande une année suivante... 
  • le site des accréditations est buggué: impossible de récupérer un mot de passe pour une structure validée... Cela fait trois ans, et ce n'est toujours pas corrigé...
  • les mails presse n'arrivent pas. (super pour des boites de communication hein!)
  • la communication est opaque, quand on pose des questions sur des partenariats potentiels, notamment les conditions d'accès à ceux-ci, on a aucune réponse. Qu'on dise 'non' est une chose, qu'on ne réponse pas est non-professionnel et signe d'incompétence...
  • Il n'y a pas de fidélisation ou gestion de la relation presse, avoir une accréditation une année ne garantie rien pour la suivante. S'il y a un soucis quelconque, on comprendrait que la demande ne soit pas renouvelée, mais comme Japan Expo (au sens large, peu importe qu'il s'agisse de la SEFA, de GOMA Communication ou de Warning Up) ne communique pas dans ce genre de cas, on ne sait pas ce qu'il se passe... à nouveau anormal...
  • l'accès à la scène principale est trop rigide certains jours, surtout en ce qui concerne les activités Cosplay: certaines le jeudi et le vendredi n’attirent pas autant de monde que le samedi et dimanche, pourtant les deux derniers rangs du carré presse sont vides, et même si on a un billet premium, on ne peut pas s'y mettre...
  • il faudrait revoir la limitation des zones aux accrédités: si on demande une accréditation pour des photos de concert et que celle ci est acceptée, il faudrait que le dit accrédité puisse accéder à la fosse de la live house... (et si on signale l'incident, c'est pas pour être chiant, c'est juste qu'on a pas envie qu'on nous demande ou sont nos photos de concert qu'on s'était plus ou moins engagés tacitement à réaliser...)
  • le Cosplay attire énormément de monde, mais on arrive à une sous-représentativité des photographes et vidéastes Cosplay: le Cosplay ne représente probablement qu'une faible partie des demandes d'accréditation, la conséquence est que de moins en moins d'accréditations sont accordées vis à vis de ce domaine la, alors qu'il représente une partie non négligeable du temps de scène et des activités... Il faudrait peut être mettre une procédure d'accès à la scène pour les événements Cosplay sans accréditation. Quid du comment et de la réalisation? par qui? Epic? la question reste à approfondir et à définir. A mes yeux, il faudrait que la procédure soit transparente et traçable. Si les gens vont sur scène, c'est pour produire des médias, dans des délais acceptables et des conditions de réutilisation un minimum pratique pour les cosplayeurs. (au moins pouvoir partager sa photo sur les réseaux sociaux en créditant le photographe pour la personne présente sur la photo...)


Bref... Rien de passionnant en perspective, donc quand on me demande ce que je pense de Japan Expo, je n'ai pas forcément hâte d'y être; je sens qu'à un moment, j’arrêterai de prendre des billets de train et d’hôtel, des billets premiums et j'irai faire autre chose...

by Yves Tennevin (noreply@blogger.com) at June 19, 2015 09:32 PM

Darkoneko

June 18, 2015

Wikimédia France

Offrir des sources de qualité aux contributeurs

En 2013, un petit groupe de wikipédiens a lancé le projet The Wikipedia Library sur la wikipédia anglophone. L’objectif de ce projet est d’offrir les meilleures conditions de travail aux wikipédiens, en leur facilitant l’accès aux sources. Plusieurs solutions ont été mises en place pour cela, au premier rang desquelles la mise à disposition d’accès à des bases de données en ligne habituellement payantes.

Logo The Wikipedia Library

Logo de la bibliothèque Wikipédia

Pour cela, ces wikimédiens se sont rapprochés de plateformes numériques pour obtenir des accès qui, cumulées, représentent aujourd’hui plusieurs milliers de ressources. Alors que ce projet est désormais bien établi dans le paysage wikimédien anglophone ; il a été décidé de l’étendre avec l’ouverture de branches localisées, et parmi les premières de cette série, la bibliothèque Wikipédia qui ouvre aujourd’hui officiellement sur la wikipédia francophone.

Le lancement de cette branche francophone est l’occasion d’annoncer trois partenariats avec des éditeurs francophones de premier plan :

Tout wikimédien inscrit depuis 6 mois ou plus, et ayant effectué au moins 500 contributions sur les projets peut faire une demande d’accès sur la page dédiée à la ressource. Le nombre de comptes offert pour chaque ressource est limité, dépêchez-vous !

by Sylvain Machefert at June 18, 2015 06:07 AM

June 14, 2015

Darkoneko

Les échos d'en bas

Épisode 24 – Sidonie

Wikipédia compte 1 632 383 articles, 16 082 contributeurs actifs (78 admins actifs). Brèves du bistro Vendredi. L’atelier graphique a 10 ans ■ Devoir scolaire : créer un article sur Wikipédia ■ Les demandes de relectures de nouveaux s’accumulent, avec très peu de … Continuer la lecture

by Frakir at June 14, 2015 01:00 PM

June 13, 2015

Darkoneko

June 12, 2015

Framablog

Action politique et biens communs en Catalogne

Le mois dernier, les médias ont abondamment montré et commenté la victoire électorale des militants de la mouvance « Indignés ». Ils ont en revanche plus parcimonieusement évoqué le programme, l’esprit et les convictions des responsables qui vont bientôt être aux commandes de Barcelone.
Le témoignage de l’universitaire Mayo Fuster Morell suggère que les valeurs et les pratiques du Libre ne sont pas étrangères à cette victoire, ce qui pourrait — rêvons un peu — servir d’exemple à d’autres pays européens confrontés à l’austérité. Ce relatif investissement du Libre dans le champ de la politique a de quoi nous réjouir  : voilà longtemps que le Libre n’est pas seulement du code ou de l’art. Culture et objets libres gagnent aussi du terrain désormais. À Barcelone, on en est peut-être au libre citoyen.

Les communs à la conquête de Barcelone  !

Une victoire de David sur Goliath

Par Mayo Fuster Morell
Article original  : http://www.onlinecreation.info/archives/1135
Traduction Framalang  : Piup, Obny, sebastienc, line, goofy, r0u

mayoFustellLe 24 mai, les candidats de la liste « Barcelone en commun » (Barcelona en Comú) ont remporté les élections municipales en réunissant sur leur nom un quart des suffrages exprimés. « Maintenant Madrid », une candidature aussi liée à l’éthique des communs, est devenue une force clé pour la gouvernance de la ville de Madrid. Ce ne sont que deux des nombreuses surprises survenues hier lors des élections municipales et régionales en Espagne. Ces villes pourraient donner le signal d’un changement politique plus vaste. Les résultats électoraux ont ouvert la voie à un scénario optimiste pour une chance de victoire aux élections nationales à la fin de cette année, ou même à un mandat plus ambitieux encore, une coalition européenne des pays du Sud contre l’austérité.

Irruption de candidatures citoyennes

Le Parti populaire et le Parti socialiste restent les principaux partis politiques, comme c’est le cas depuis la transition démocratique de la fin des années 70, mais le pouvoir politique habituel a encaissé une grosse claque. La part de ces deux formations a chuté de 65 % lors des précédentes élections il y a 4 ans à 52 % au niveau national. Le renouvellement ou plutôt le changement des forces politiques en présence a été provoqué […] par la création de nouveaux partis  : tel est le cas pour les « Citoyens », qui se sont imposés avec force comme un nouveau protagoniste de poids dans la vie politique. Cette irruption des candidatures citoyennes a été aussi impressionnante que rapide. Elle a contribué à l’augmentation d’au moins 5 points de la participation au scrutin.

Seulement quatre ans après que les Indignés du mouvement du 15 mai se sont mobilisés pour « une vraie démocratie maintenant » en opposition aux hommes politiques « qui ne nous représentent pas » et à la « dictature des marchés », l’impact de leur mouvement est désormais si visible qu’il ne peut plus être démenti. Les listes de candidature sont pleines de personnes venant du réseau des mouvements sociaux. Pour en donner une idée, Ada Colau, militante connue pour ses actions contre l’expulsion des activistes et des squatters va être le prochain maire de Barcelone. C’est l’ironie de l’Histoire  : une militante anti-expulsion « expulse » les politiciens traditionnels de la mairie. Si l’on regarde la trajectoire des leaders du mouvement, on peut également dire que le cycle a démarré avec le mouvement anti-mondialisation (l’origine de Colau ou de Pablo Iglesias, le leader de Podemos/Yes we can), mais qu’il a réussi à mobiliser une fois encore la génération qui s’est battue contre le régime de Franco pour ramener la démocratie en Espagne (c’est de là que vient Manuela Carmena de « Madrid maintenant », une juge en retraite et très probable future maire de Madrid).

En ce qui concerne leurs programmes, la première chose à souligner est la place centrale réservée aux plans d’urgence pour secourir les citoyens qui étouffent sous les politiques d’austérité, tels que la mise en œuvre de différentes variantes d’un revenu de base, et la révision de la privatisation des services publics. Un code d’éthique existe pour contrôler les personnels politique en ce qui concerne la transparence, la fin de leurs privilèges (par ex. une limitation des indemnités à 29 000 € par an) et leur engagement à soutenir les initiatives citoyennes.

Au-delà du poids politique, c’est fascinant d’un point de vue organisationnel. En moins d’un an et sans aucun lien avec les mondes politique, économique, judiciaire ni avec le pouvoir médiatique existant, des citoyens ordinaires joignant leurs forces ont été capables de conquérir des positions importantes dans le système politique. Une victoire de David contre Goliath. Pour cela, ils ont associé le financement participatif, les programmes collaboratifs, les assemblées de voisinage, et le vote en ligne. Ils ont aussi, comme le leader de Podemos, bâti leur succès sur la popularité obtenue par leur propre programme télé.

Que disait la chanson  ? « Prenons d’abord Barcelone, puis nous prendrons Manhattan ? » En effet, certains travaillent là-dessus. Une délégation d’activistes de New-York a parcouru l’Espagne pendant la campagne afin d’apprendre de cette expérience et « d’exporter » un tel soulèvement du peuple dans leurs propres villes. Il y a de nombreuses leçons et idées à en tirer. Voici quelques sources d’inspiration que je vous suggère d’envisager, pour démarrer un processus similaire dans d’autres pays.

L’effet CC

Un des combats citoyens (surtout chez les jeunes) qui a précédé et ensuite nourri le mouvement du 15 mai a vu le jour en réaction contre une loi imposée par le gouvernement, réprimant le partage en ligne et la culture libre (Loi Sinde de décembre 2010). Dans une large mesure, ce mouvement de culture collaborative sur le Web a réagi comme le fit Lessig en 2008, qui est passé des « Creative Commons » à « Change Congress » (« Changeons le Congrès ») . Au départ concentré sur les politiques sectorielles en lien avec la propriété intellectuelle et la régulation d’Internet, il a évolué pour appréhender le fait que défendre ces libertés est nécessaire pour transformer le système politique dans son ensemble. Au cours de cette évolution, les modèles de la culture libre et du travail collaboratif sont devenus une voie à suivre pour organiser la protestation politique.

[…]

En somme, les secteurs ayant de l’expertise dans les méthodes de co-création et coopérant grâce aux ressources en ligne ont un grand potentiel politique.

 

Le modèle « d’innovation cachée » de Wikipédia

Même s’il existe de grandes innovations dans les structures, il faut que le discours soit « simple » voire « strict ». Mako Hill a étudié comment Wikipédia a pu réussir en 2001 alors que d’autres tentatives de création d’encyclopédie en ligne avaient échoué. Une de ses conclusions est que Wikipédia a adopté un concept très simple à comprendre, tout en étant très innovant dans son fonctionnement. Il s’est fermement accroché à la notion traditionnelle d’encyclopédie  : une idée vieille de plusieurs siècles qui est simple à comprendre. De la même façon, on peut dire la même chose ici. Le discours qui a pu faire grossir les votes en faveur d’un profond changement politique en Espagne n’est ni avant-gardiste ni particulièrement innovant, mais il est populaire, compréhensible par chacun et relié aux besoins fondamentaux. Quelques points se rapprochent de la démocratie radicale proche de Laclau et Mouffe. C’est un « combat » de bon sens, pour obtenir une hégémonie. Pendant ce temps, des modèles plus avant-gardistes, comme les nouveaux partis ayant un discours « innovant » et une identité sur Internet tels le Parti pirate ou le Parti X, sont pertinents en terme de conception d’organisation mais ne parviennent pas à mobiliser les votes du grand public (aux dernières élections européennes, le parti X a recueilli 0,64 % des voix). En somme, il faut des méthodes innovantes associées à un discours pour le peuple, en lien avec un programme portant sur les besoins fondamentaux.

La base et le sommet

Ces principes d’organisation ne sont ni du sommet vers la base, ni de la base vers le sommet, ils sont « de la base et du sommet ». Pour être plus précis  : « un sommet facilement identifiable travaillant pour une base disséminée ». Ces forces s’appuient sur des leaders forts, mais aussi sur le développement d’une base collaborative et libre d’agir. Un concept-clé est le « débordement ». Il se réfère à la capacité de perdre le contrôle du processus, et à la liberté d’agir laissée à ceux qui s’engagent dans le processus. L’augmentation de la créativité des actions et des soutiens hors du contrôle du « parti » semble être un des points pertinents dans le succès de ces méthodes (c’est le cas pour le mouvement de création graphique autour des candidatures). De plus, il n’existe pas de frontière précise entre qui est membre du « parti » et qui ne l’est pas, il n’y a pas de rituels pour dire qui est dedans et qui n’y est pas, c’est l’implication personnelle au travers de l’action qui permet d’être membre. Les leaders ont tout de même une présence forte, leurs visages sont devenus des symboles-clé du processus (c’est-à-dire que sur le bulletin de vote ne figure pas le logo du parti mais la photo du leader). Des symboles visuels sur un Internet visuel mais, même avec Internet, la télévision reste toujours un moyen-clé de communication. En particulier, l’association des leaders et de la télévision est un moyen-clé de communication vers les milieux populaires, ceux qui ne sont pas touchés par les mouvements sociaux de la classe moyenne relayés par Internet. La crédibilité des leaders se construit sur leur capacité à communiquer et sur un engagement social de longue date. Les candidatures féminines – peu importe leur âge – (les femmes sont en tête de liste dans des villes comme Barcelone, Madrid et Valence) ont une plus grande capacité à augmenter les votes car elles transmettent l’idée de changement et dirigent de façon plus démocratique. Comme le dit le prochain maire de Barcelone, Ada Colau (une Zapatiste d’origine)  : « conduite par l’obéissance aux ordres du peuple ». La position du leader est construite « pour » la base et non « au-dessus » d’elle. En somme, un leader social et très reconnaissable, mais une participation disséminée et non contrôlée.

Une fois encore, ce ne sont que trois visions « impressionnistes » du processus d’émancipation du peuple en Espagne. Il reste encore beaucoup à venir. 2015 est l’année du changement, cela continuera donc. En attendant, il est temps de fêter cela. Je vous laisse avec la rumba « run run » chantée par le prochain maire de Barcelone  :

defendreBienCommun
Ci-dessus, Ada Colau, dans un clip de campagne très joyeux. Le refrain de la rumba dit  : « défendre le bien commun ». Pour voir et entendre la vidéo sur YouTube  : https://www.youtube.com/watch?v=wB6NDWKDyKg

 

Ce texte est diffusé avec la licence d’origine  : CC BY-NC-SA 2.5 IT

by Goofy at June 12, 2015 02:54 AM

June 11, 2015

Wikimédia France

Les Bretons parlent aux Bretons… mais pas que !

Manuel Moreau, chargé de l’action culturelle numérique et en poste au musée de Bretagne depuis 5 ans a été interviewé par Léa Lacroix, membre du conseil d’administration de Wikimédia France et wikimédienne rennaise. Retour sur les liens entre le groupe local rennais et le musée de Bretagne[1]. 


Manuel Moreau : A l’époque des premiers contacts avec le musée, il y avait une véritable méconnaissance de la démarche des wikipédiens et des questions d’ouverture des données publiques […]. En 2012, nourri d’expérience menée dans des structures similaires comme les musées de Toulouse, le musée de Bretagne s’oriente vers une plus grande participation des publics au sein du musée […]. Si le musée était timoré sur la collaboration sur Wikipédia au départ, c’est que la démarche le questionne en propre sur son mode de fonctionnement, son mode de production des données, de leur diffusion, et de la propriété de ces données. En rentrant dans l’échange avec les wikipédiens, on a pu trouver ce terrain d’une forme de collaboration. L’ouverture des données culturelles est aujourd’hui un enjeu fort pour le musée de Bretagne comme pour tous les musées de France !

Léa Lacroix : Le projet avait d’ailleurs commencé par une longue réflexion autour de la question des droits, pour déterminer ce sur quoi le musée pouvait choisir de mettre sous une licence Creative Commons…

Vase à cordons Néolithique ancien - Musée de Bretagne, CC BY-SA

Vase à cordons Néolithique ancien – Musée de Bretagne, CC BY-SA

M. M. : […] Nous sommes dans une collectivité (Rennes Métropole, ndlr) qui a des actions très incitatives pour la libération des données. Le mode de partenariat développé avec le groupe local de wikimédiens rennais, […] permet au musée de prendre le temps de la sélection, de choisir ce qu’il va diffuser, et d’animer des ateliers plus intéressants car plus thématisés pour un public qui ne connaît pas Wikipédia mais qui est habitué du musée. C’est une approche qui nous convient pour l’instant, avant d’aller au delà.

L. L. : Au musée de Bretagne, c’est de la sélection quasiment au cas par cas, image par image, qui sont ensuite importées directement par le personnel du musée. Cela permet avant tout à tes collègues […] de comprendre comment ça marche et d’être vraiment impliqués dans cette démarche d’ouverture, non ?

M. M. : Exactement. On a d’ailleurs sollicité la disponibilité des wikimédiens rennais pour ces temps d’initiation voire de formation […] avec un photographe du musée présent et mes collègues de la cellule “Inventaire et Documentation”, qui ont la responsabilité des informations sur les objets, et notamment les fichiers image. Cela a permis d’avoir ce temps de réflexion sur ce qu’est Wikipédia, posément, et aux gens d’aller parfois un peu plus loin […]. Cette action va d’ailleurs au-delà du musée : on peut parler des amis du musée de Bretagne, qui ont été présents sur les premières rencontres et ont suivi ce qui se passe […]. Ils ont une forme de vraie expertise culturelle, mais qui n’est pas toujours diffusée comme on pourrait le faire au sein du musée.

Edit-a-thon réalisé par les membres rennais de Wikimédia France au Musée de Bretagne, juin 2014 - Auregann, CC BY-SA 3.0

Edit-a-thon réalisé par les membres rennais de Wikimédia France au Musée de Bretagne, juin 2014 – Auregann, CC BY-SA 3.0

L. L. : Début 2015 au musée, nous avons organisé un atelier autour du thème de la préhistoire

M. M. : Nous réouvrions le centre de documentation du musée […]. En l’occurrence on a créé ici un événement un peu particulier puisque la visite se faisait sur inscription seulement et accompagnée d’une conservatrice. Françoise Berretrot […], responsable des collections archéologiques et notamment celles liées à la préhistoire, a fait bénéficier les Wikipédiens et les personnes qui venaient découvrir Wikipédia, d’une visite commentée du parcours permanent. Nous avons pu ensuite prolonger cette rencontre au centre de documentation du musée avec la mise à disposition de matériel informatique… 

L. L. : Et ça a très bien marché ! Une quinzaine de personnes qui ont participé. 

M. M. : Notamment parce que la sollicitation d’associations travaillant dans le domaine de la préhistoire a été tout à fait favorable, comme l’association Men ha Houarn[2], un salarié de l’INRAP[3], et même des personnes qui venaient d’autres départements pour venir découvrir les ateliers. Tout ceci a permis d’avoir un atelier très riche ! 

Wikipermanence au Musée de Bretagne, janvier 2015 - Trizek, CC BY-SA 3.0

Wikipermanence au Musée de Bretagne, janvier 2015 – Trizek, CC BY-SA 3.0

L. L. : Quelles étaient les motivations, les objectifs du musée pour s’investir dans le partenariat ? 

M. M. : Les motivations sont celles d’une ouverture du musée le plus largement vers l’extérieur […]. Les wikipédiens et les gens qui s’intéressent à Wikipédia sont des publics qu’on approcherait pas autrement. Pour nous, c’est aussi l’obligation d’être un musée qui favorise au maximum la diffusion de ses collections et de la connaissance. On peut dire tout ce qu’on veut, Wikipédia est aujourd’hui quand même un outil qui a cette vocation d’ouverture au plus large des publics, dépassant très largement les frontières et les périmètres du musée de Bretagne tel qu’il est aujourd’hui. Ne pas utiliser cet outil, ne pas collaborer avec les Wikipédiens, c’est négliger une bonne partie des potentiels de diffusion qui existent, quand bien même on a pas encore résolu toutes nos problématiques de droit […] Je dirais même que les wikipédiens ont aussi le mérite de nous interroger plus précisément sur la question des licences qu’on appliqué à nos productions. 

L. L. : Si l’on devait faire un petit bilan de ce que nos actions conjointes ont pu apporter au musée, au personnel du musée et aux personnes qui ont travaillé sur ce projet, que dirais-tu ? 

M. M. : […] Wikipédia, c’est un agrégateur de sources. A ce titre-là c’est intéressant pour nous d’appréhender plus précisément le fonctionnement de Wikipédia, et justement de voir en quoi cela interroge nos pratiques professionnelles […]. Le travail qui avait été mené avec Wikipédia nous a aussi permis de prendre un autre point de vue sur la question de la diffusion en ligne de nos collections […].

Plan de Rennes sous la 2nd Guerre Mondiale - Musée de Bretagne, CC BY-SA

Plan de Rennes sous la 2nd Guerre Mondiale – Musée de Bretagne, CC BY-SA

L. L. : Et après ? 

M. M. : J’aimerais qu’au sein du musée, on puisse avoir le panel complet des personnes qui se sentent les plus concernées et qui seraient à même de contribuer. Je pense par exemple à mon collègue médiateur bretonnant qui aurait tout lieu, même si il est très occupé (rires) de faire bénéficier des productions en breton qu’on mène déjà au musée et qui pourraient très bien rejoindre les pages Wikipédia […]

L. L. : Tout à fait, il y a au moins trois wikimédiens bretonnants qui l’attendent de pied ferme dès qu’il aura un peu de temps (rires).  De toutes façons, le chantier n’est pas terminé : on a encore une rencontre au mois de juin ! 

M. M. : Exactement, sur la thématique des coiffes, ou plus globalement du costume en Bretagne […]. Le musée essaye aussi de faire coïncider les ateliers Wikipédia avec les thématiques qui sont celles de sa programmation culturelle. Comme on accueille l’exposition d’un photographe qui a travaillé sur les cercles celtiques bretons, et ces femmes qui portent encore la coiffe à l’occasion des événements organisés par les cercles, c’est l’occasion d’aborder ce sujet-là pour faire aussi caisse de résonance sur ces projets. 

Coiffe bretonne de la région de Melrand, 2011 - XIIIfromTOKYO, CC BY 3.0

Coiffe bretonne de la région de Melrand, 2011 – XIIIfromTOKYO, CC BY 3.0

L. L. : Et nous, chez les wikipédiens, on s’intéresse beaucoup à ces sujets-là. Globalement, ce partenariat est-il positif ? 

M. M. : Pour moi le bilan est positif mais […] la difficulté aujourd’hui, c’est de savoir comment le musée peut véritablement bien répondre à ce partenariat. A-t-on la possibilité d’aller au-delà de ce que l’on fait déjà en termes d’actions et de moyens ? La validation prochaine du projet scientifique et culturel du musée permettra certainement d’imaginer comment peut évoluer cette collaboration. 

L. L. : Côté wikimédiens, les bénévoles du groupe de Rennes ne se sont pas tournés vers le musée de Bretagne par hasard. Notre groupe local a naturellement des affinités avec l’histoire de Rennes, l’histoire de la Bretagne… Ce qui est formidable c’est le fait d’avoir pu nouer des relations partculières et individuelles avec des personnes du musée. La possibilité de discuter avec les conservateurs, avec le personnel à été super enrichissant. Tu parlais tout à l’heure de la visite spéciale qui a été faite pour les wikipédiens, c’est valorisant et ça justifie entièrement le temps bénévole qu’on peut passer sur ces actions.  […] Il y a t-il quelque chose que tu voulais rajouter ? 

M. M. : Pourvu que ça continue !


Les articles consacrés à la Bretagne ont dépassé les 100 contenus de qualité[4]… Nous espérons que ce partenariat continue à prospèrer et encourage ces excellents résultats !

Retrouvez l’interview dans son intégralité sur la Wikirevue n°9 !


[1] Site du Musée de Bretagne
[2] Site de l’association  Men ha Houarn
[3] Site de l’INRAP
[4] Listes des articles Wikipédia sur la Bretagne labellisés “bons articles” et “articles de qualité”

by Céline Rabaud at June 11, 2015 09:02 AM

June 10, 2015

Darkoneko

June 08, 2015

Darkoneko

Gribouillage 71 : Connexion.

0071 - connexion

Akéron est un chasseur de faux-nez assez prolifique, et au fil des années il ne s’est pas fait que des amis.

En l’occurrence,

  • il est l’une des causes du bannissement de Maitreidmry, le premier « compte principal » de Rifford (Wikipédia:Faux-nez/Maitreidmry)
  • il a découvert un gros pot-aux-roses lié à l’anti-clique et au blog Wikirigoler, déclenchant le scandale dit « PierrotGate » qui conduisit (entre autre) au bannissement de SupremeMangaka (pour l’ensemble de son oeuvre).

Bref, Rifford et SM ont tout pour s’entendre.
Sur le canal officiel de la patrouille RC1, SM a passé ces derniers temps à hurler à qui veux l’entendre qu’Akéron-est-qu’un-michant-violeur-de-vie-privée… saupoudrant le tout de détails sur l’affaire Rifford qui n’étaient pas encore publics.

Donc maintenant, soit SM est omniscient, soit il a papoté avec Rifford (lui même présent sur le canal) et était au fait des magouilles de ce dernier. Il n’était visiblement pas le seul à être au courant (src), d’ailleurs.

  1. Dont il n’est inexplicablement toujours pas banni…

Classé dans:actualités, Gribouillage, les coulisses de Wikipédia Tagged: anticlique

by DarkoNeko at June 08, 2015 04:10 AM

June 07, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 23 – Rifford

Wikipédia compte 1 630 093 articles, 15 967 contributeurs actifs (70 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Wikiconcours de mars : le podium. Guerres napoléoniennes en tête, puis football. L’équipe gagnante est composée de Thib Phil, Rifford, Kozam ■ 21 % des articles en … Continuer la lecture

by Frakir at June 07, 2015 06:24 PM

Gratus

Affaire Rifford

Dans mon précédent billet, j’avais oublié de préciser que Do not follow a également lancé une candidature pour obtenir le balai (voir la page — vote ouvert du 4 juin 2015 au 19 juin 2015).

L’affaire que nous allons étudier aujourd’hui a également débuté par une candidature au poste d’administrateur, celle de Rifford. Ce contributeur comptabilise ~6 650 contributions, dont 54 % dans l’espace principal (source) et contribuait de façon actif sur les pages de maintenances, notamment celles concernant les faux-nez.

Alors que tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes (toutes références à Candide est purement involontaire, ou pas), la candidature reçu soudainement du plomb dans l’aile. En effet, Akéron — qui est vérificateur d’adresses IP — avait émis des doutes sur le fait que Rifford pouvait être en réalité un faux-nez de Maitreidmry (contributeur banni en 2014 pour « abus d’utilisation de faux-nez, vandalismes, attaques personnelles et insultes et violations incessantes de WP:FOI »).

Ce soupçon — qui n’était resté qu’un soupçon — avait alors secoué une partie de la sphère Wikipédienne, l’autre partie étant trop occupé à se les toucher. Malgré une RCU (voir), le lien n’a pas pu être techniquement confirmé ou infirmé.

Rifford n’ayant aucune chance d’obtenir le statut, il a décidé de mettre fin à la candidature. Un blanchiment de courtoisie a ensuite été réalisé.

Alors que l’incident semblait être clos, il resurgit brutalement le 2 juin 2015. En effet, Akéron dit avoir continué les recherches et a également dressé une liste de faisceaux d’indices, en parallèle, il indique que des éléments nouveaux ont permis de confirmer le lien entre Rifford et le banni. Ces nouveaux éléments, évidemment non montré aux yeux du public, a été confirmé par d’autres CU. À ce moment là, plusieurs administrateurs ont douté des CUs et ont demandés des renseignements supplémentaires, en vain.

Rifford est alors sortis de son silence et a écrit un (gros) pavé où il indique qu’il est bien Maitreidmry, qu’il a « fauté »,  qu’il a « fait une grave erreur pendant l’année de contribution du compte Rifford » et qu’il compte assumer. À part avoir tenté de brouiller les pistes sur certains de ses faux-nez, le compte Rifford était « clean ».

« Affaire Rifford » close ? Toujours pas ! En effet, la question ne se porte plus sur l’éventuel lien Rifford = Maitreidmry (puisque cela a été confirmé) mais sur les données techniques ayant permis de découvrir le pot aux roses. En effet, les données semblent avoir été récoltées « hors Wikipédia » et Rifford indique dans son message avoir été trompé.

Le comité d’arbitrage — ayant notamment pour rôle de « surveiller » les CUs — a reçu et accepté une plainte (au sens wikipédien du terme) « visant les CUs ayant participé à la mise en association « Maitreidmry = Rifford » et concernant les moyens utilisés pour effectuer cette association » (source).

Suite à cette affaire, plusieurs administrateurs ont été contestés :

Contesté Contestataire(s) Motif
Superjuju10  Kimdime & Asram Violation des règles de confidentialité lors de l’usage des outils CU (source).
 Lomita  Fanchb29 & Bob Saint Clar Commentaires sur le bulletin des administrateurs qui n’est visiblement pas au goût de tout le monde.
 TigH  Epsilon0 & Jean-Jacques Georges & LoupDragon42 & Superjuju10 & SF Blocage de Rifford non consensuel au moment des faits.
 Hégésippe  Fanchb29 Perte de confiance suite à cette déclaration : « dans cette affaire, je ne fais confiance ni à Akeron, ni à Elfix, ni à schlum ».
 Akéron  SF & Heddryin & Macadam1  Méthodes contestable + croisade envers Rifford

 

 


by gratusfr at June 07, 2015 10:29 AM

June 06, 2015

Darkoneko

June 05, 2015

Gratus

Sebk admin ?

Le contributeur Sebk vient de poser sa candidature pour le statut d’administrateur.

Inscrit depuis 2006, il a commencé à contribuer « sérieusement » depuis août 2014. Il comptabilise environ ~10 100 contributions. Environ 56 % de ses contributions sont sur l’espace principal et environ 63 % de ses contributions sont « petits » (< 100 octets).

Page de candidature (vote ouvert du 4 juin 2015 au 19 juin 2015 ).

Wikiscan du candidat.

 


by gratusfr at June 05, 2015 08:55 AM

June 03, 2015

Darkoneko

June 01, 2015

Gratus

Apollinaire93 admin ?

Le contributeur Apollinaire93 vient de poser sa candidature au statut d’administrateur.

Licorne, il a environ 7 900 contributions au compteur dont la moitié dans l’espace principal. Il veut avoir les outils car plus on est de fous, plus on rit (ou en politiquement correct « Parce que je pense que plus il y en a, mieux c’est. »).

Vote ouvert du 1er juin 2015 au 16 juin 2015 → page de candidature

Licence CC BY-NC-ND   — Irønie

 

 

 


by gratusfr at June 01, 2015 05:50 PM

Darkoneko

Gribouillage 68 : Bonne pêche.

Il y a fort longtemps, j’ai codé un petit outil JavaScript me permettant d’afficher un lien vers les contributions des comptes que mon bot bienvenute.

Je m’en sers encore parfois pour patrouiller. Hier, j’ai eu une drôle de surprise…

0067 - bonne peche

 

Et une demande de checkuser plus tard…

0067 - bonne peche page 2

 

Un peu plus tard, j’ai reçu ce message de l’auteur (présumé) des faux nez. Ceci explique cela, mais c’est assez triste.


Classé dans:Gribouillage, les coulisses de Wikipédia Tagged: checkuser, patrouille RC

by DarkoNeko at June 01, 2015 04:17 AM

May 31, 2015

Gratus

Réforme Wikipédienne

Une prise de décision est en cours (voir) afin de réformer la procédure de contestation des administrateurs.

La phase de vote dure du 30 mai au 30 juin 2015 et peut voter tout contributeur inscrit depuis un mois et ayant au minimum 100 contributions dans l’espace principal de Wikipédia en langue française, à la date d’ouverture du vote.

Question 1 : Prérequis pour contester : Faut-il les augmenter ? D’après les résultats il semble que oui.

 

Question 2 : Limiter le nombre de contestations : Faut-il limiter le nombre  de contestations possible pour un contestataire donné ? Si oui, indiquez quelle limite sur quelle période ?

Question 3 : Litige : Souhaitez vous le retrait « En cas de litige sur la validité, la contestation reste » dans l’entête Wikipédia:Contestation du statut d’administrateur ?

Question 3 bis : Contestataires bannis : Faut-il considérer leur(s) contestation(s) comme valide ou au contraire faut-il les retirer systématiquement ?

Question 4 : Motifs de contestation : Actuellement la « perte de confiance », qui est une notion vague, est un motif de contestation accepté. Cette question propose de ne plus le considérer comme motif de contestation valable. Ainsi, un administrateur qui aime créer des ébauches ne risquera plus une contestation comme celle-ci.

Question 5a : Publicité des contestations : Un lien vers la page de contestation doit-il obligatoirement être affiché sur la page utilisateur des administrateurs ? D’après les résultats, il semble qu’il y ai un consensus pour le contre.

Question 6 : Élargissement des contestations aux bureaucrates : Faut-il étendre la procédure de contestation aux bubus ? Chaque procédure de contestation sera indépendante l’une de l’autre.

Question 7 : Élargissement des contestations aux éditeurs de filtres : Faut-il étendre la procédure de contestation aux AF ? Chaque procédure de contestation sera indépendante l’une de l’autre.

 

 

 


by gratusfr at May 31, 2015 08:31 AM

May 30, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 22 – Réforme des contestations

Wikipédia compte 1 627 832 articles, 15 890 contributeurs actifs (70 admins actifs). Brèves du bistro Mardi. Le cas des suppressions groupées. Jeudi. 40 articles écrits dans le cadre du Wikiconcours lycéen 2014, coorganisé par WmFr. L’un des membres du jury n’était autre que Jules78120, … Continuer la lecture

by Frakir at May 30, 2015 12:42 PM

May 29, 2015

Darkoneko

Gribouillage 67 : Journalisme et vandalisme

0066 - vandalisme journalisme

Hier, une IP (réseau 3G free) a vandalisé l’article [[FIFA]]. Ce vandalisme a été révoqué une minute après.

fifa vandalisme

Environ une heure plus tard, 20 Minutes publie un tweet (capture d’écran, au cas où) et un article sur le sujet.

Donc maintenant :

  • soit l’auteur est miraculeusement tombé sur l’article dans LA minute ou il était sous forme vandalisée,
  • soit c’est lui/elle qui a vandalisé l’article (ça ne serait pas la première fois).

 


Classé dans:actualités, Gribouillage, les coulisses de Wikipédia Tagged: fifa, journalisme, patrouille RC, vandalisme

by DarkoNeko at May 29, 2015 11:30 AM

Gratus

Fusion

 

Image : CC-BY-SA — Darkoneko — Source

Une fusion consiste à transférer le contenu d’un article dans un autre article.

Pages de requêtes

  • Wikipédia:Pages à fusionner pour discuter de l’intérêt d’une fusion et/ou pour trouver un volontaire pour fusionner si on a la flemme.

  • Wikipédia:Fusion technique lorsque la fusion a déjà été décidée par une décision PàS. La discussion ayant déjà eu lieu, on ne recherche seulement qu’un volontaire pour effectuer la fusion. Cela évite de devoir refaire le débat (avec quelquefois un résultat différent). Cette page de requête est relativement récente (existe depuis 1 an).

Comment fusionner ?

Toutes personnes sachant se servir d’un clavier trouvera la réponse aisément.

Mais il n’y a pas un problème de crédit d’auteurs ?

Si, et pour cela on a deux solutions :

  • Soit on utilise le modèle {{Crédit d’auteurs|interne|titre de la source}} sur l’article final.
  • Soit on demande aux administrateurs de fusionner les historiques (impossible techniquement dans certains cas).

Il faut obligatoirement être administrateur pour effectuer une fusion ?

Non, un simple contributeur, même non inscrit, peut techniquement le faire. Les outils d’administrateurs sont nécessaires seulement si on veut faire une fusion des historiques.

Image : Domaine public

 

 


by gratusfr at May 29, 2015 08:37 AM

Guillaume Paumier

Rencontres Wikimedia 2010 : « GLAM-WIKI » à Paris

Vue de l'hôtel des Invalides depuis le côté Seine, sous la neige

Il y a quelques jours, j’ai assisté à la conférence « GLAM-WIKI (FR) » à Paris, dont l’objectif était de bâtir des relations et des partenariats entre le mouvement Wikimedia et le secteur culturel, qui partagent une mission de diffusion de la connaissance.

Cette conférence, appelée « Rencontres Wikimedia 2010 » en français, était la deuxième édition d'un colloque Wikimedia annuel qui se cherche encore (ce qui est naturel pour un évènement si jeune) ; le colloque précédent de 2007 visait davantage le monde universitaire et les « experts ». « GLAM-WIKI » est le nom d'une séries de conférences, débutées en 2009 à Canberra (Australie), et suivie de celle de Londres il y a quelques semaines. Les institutions culturelles sont appelées « GLAM » dans le milieu, un acronyme pour galleries, libraries, archives and museums : galeries, bibliothèques, archives et musées. Je leur préfère le nom de « memory institutions », également utilisé en anglais.

Une conférence introductive efficace

Le programme était intéressant, en proposant de bonnes synthèses sur Wikipedia, Wikimedia, et quelques initiatives et partenariats réalisés pendant les dernières années. Il s'agissait de « panels » et de présentations (la traduction en français par  « tables rondes » est assez maladroite).

Même si, au final, le programme visait davantage les représentants des organismes culturels, certaines sessions m'ont également été utiles (en tant que bénévole Wikimédien, et d'employé de la Wikimedia Foundation), notamment celle sur les métadonnées. C'est un domaine que je n'ai pu qu'effleurer lors du Multimedia usability project, mais auquel j'espère pouvoir consacrer du temps en 2011.

D'autres présentations étaient d'excellente qualité, comme celle de Ian Padgham, du SFMOMA. Sa présentation originale mais efficace consistait d'une bande dessinée (par lui) et a été donnée un français impeccable, coloré et très drôle. Ce fut rafraîchissant après deux jours de présentations plus formelles.

La salle, dans les locaux de l'Assemblée Nationale, était particulièrement accueillante. Quelques détails logistiques, tels que l'absence de prises électriques, ou l'absence des horaires dans le « Programme » en téléchargement sur le site officiel, ont provoqué des frustrations. D'un autre côté, on nous a rachetés avec des macarons.

La traduction simultanée en anglais ou en français (selon que l'orateur parlait dans une langue ou dans l'autre) était apparemment de très bonne qualité et a permis à tous les participants de profiter de cette conférence bilingue.

Futures éditions : davantage de rencontres

Si j'avais un conseil à donner pour l'organisation d'un évènement similaire à l'avenir, ce serait de plus mettre l'accent sur l'aspect « rencontres ».

Je conçois parfaitement que ce type d'évènement ait été une première en France, et que par conséquent le but était davantage de « planter la graine » que de réellement tisser des liens et faire fructifier des partenariats. Il est donc normal qu'une approche « introductive » ait été choisie cette année. Les conseils qui suivent s'adressent donc principalement aux organisateurs des prochaines éditions.

Bien qu'ils aient semblé être en minorité, de nombreux Wikimédiens s'étaient déplacés pour assister à cette conférence, certains venus d'autres pays. Je trouve dommage qu'il n'y ait pas eu davantage d'opportunités de réelles rencontres et d'ateliers.

En comparaison, l'atelier Wikimedia de la conférence « Museums and the Web» en avril 2010 avait vraiment permis aux membres des deux communautés de se rencontrer, au travers de discussions en petits groupes sur des sujets particuliers.

L'absence de badges nominatifs n'a pas non plus facilité de réelles rencontres. Sans badge, difficile de démarrer une conversation avec un inconnu lors des pauses café, par exemple. Une liste des participants, comprenant leur affiliation et leur adresse e-mail (avec leur accord préalable) aurait également été bienvenue.

Par ailleurs, il n'est pas très pratique de devoir s'organiser soi-même pour déjeuner, surtout en une heure et quart (ramenés à moins d'une heure avec les retards accumulés), pendant que les « VIP » (organisateurs et intervenants) déjeunent à l'étage. Je pense qu'une large majorité des participants aurait accepté de participer financièrement en échange d'un déjeûner-buffet sur place, en particulier nos collègues non francophones.

En résumé, l'évènement était sympathique et assez utile, et j'espère voir de futures éditions avoir lieu qui permettront des rencontres plus concrètes.

by Guillaume Paumier at May 29, 2015 03:18 AM

Retour sur l'incident technique de Wikipedia le 24 mars 2010

Ce mercredi, je participais à une réunion de l'équipe technique de la Wikimedia Foundation quand Mark Bergsma, notre Networking Coordinator basé à Amsterdam, a subitement dû s'absenter ; ce n'est que quelques instants plus tard que l'équipe a réalisé la raison de son départ. Un incident de climatisation dans le data center d'Amsterdam a déclenché un mécanisme de protection des serveurs, qui se sont automatiquement arrêtés afin de se protéger de la chaleur. Le centre d'Amsterdam gère généralement le trafic des sites Wikimedia en Europe ; Wikimedia dispose de procédures automatiques afin de pallier rapidement ce type d'incident en redirigeant l'ensemble des requêtes européennes vers les serveurs situés en Floride.

Ce processus de redirection est basé sur le DNS, c'est à dire le système qui fait le lien entre un nom de domaine (par exemple, « wikipedia.org ») et l'adresse IP de la machine qui l'héberge (par exemple, « 208.80.152.2 »). Malheureusement, ce système de redirection était défaillant au moment de l'incident de climatisation. L'équipe a rapidement identifié et corrigé le problème, mais c'était trop tard : l'erreur s'était propagée sur Internet dans les bases de données DNS.

En tout et pour tout, l'incident de climatisation et l'incident de DNS interne n'ont duré que quelques minutes. Mais à cette chaîne d'incidents s'est ajouté un autre problème : les bases de données DNS sur le web ont conservé les valeurs erronées trop longtemps, malgré les consignes des serveurs de Wikimedia, qui indiquaient qu'elles devaient être corrigées rapidement. Ainsi, les utilisateurs ne pouvaient pas accéder à Wikipedia, même si Wikipedia était bien là, en parfaite santé.

Cette série d'incidents est assez semblable aux chaînes d'incidents utilisées dans l'analyse des catastrophes aériennes (modèle de Reason, aussi appelé « effet gruyère ») : pris séparément, ces problèmes ne sont pas graves, ni même visibles, mais leur combinaison a rendu Wikipedia inaccessible pendant plusieurs heures.

Cependant, ce n'est pas la fin de l'histoire.

Aussitôt le problème résolu, Mark a rapidement rédigé et publié un article sur le blog technique de Wikimedia. L'objectif était d'expliquer la cause du souci et de rassurer les utilisateurs. Mais la twittosphère était déjà en pleine ébullition, et certains utilisateurs ont eu la bonne idée d'indiquer que la passerelle sécurisée secure.wikimedia.org, elle, fonctionnait toujours. Cette passerelle, qui habituellement ne doit gérer qu'un faible trafic, a aussitôt été saturée. L'ironie, c'est que secure.wikimedia.org est hébergé sur le même serveur que le blog technique qui, du coup, n'était plus accessible. Et demander aux internautes de ne pas utiliser la passerelle sécurisée n'a eu aucun effet. Du coup, l'équipe technique a décidé de désactiver temporairement secure.wikimedia.org, afin de rendre de nouveau accessible le blog technique, et ainsi l'article qui expliquait l'origine du problème.

La situation est revenue à la normale après quelques heures, au fur et à mesure que les bases de données DNS ont mis à jour leurs entrées. secure.wikimedia.org a été réactivé peu de temps après, quand la charge serveur est redevenue raisonnable.

L'un des projets sur lesquels l'équipe technique de Wikimedia a prévu de travailler prochainement est la création d'un « indicateur de statut » (status board), qui indiquera aux utilisateurs la « santé » des sites Wikimedia à un moment donné, un peu à la manière du Google apps status dashboard. Cet indicateur, qui sera hébergé de façon indépendante, permettra de tenir les utilisateurs informés des éventuels soucis et du retour à la normale. D'autres projets sont également en cours de finalisation afin d'améliorer de façon générale les performances et la redondance de l'infrastructure opérationnelle de la Wikimedia Foundation, en accord avec les recommandations du plan stratégique. J'y reviendrai dans quelques semaines.

by Guillaume Paumier at May 29, 2015 03:18 AM

May 28, 2015

Wikimédia France

Lauréats du Wikiconcours lycéen 2014-2015

En cours, les élèves sont plus habitués à faire glisser leur plume sur le papier que leurs doigts sur les claviers. Pourtant, d’octobre 2014 à mai 2015, près de 700 d’entre eux ont participé au Wikiconcours lycéen. Cette action, organisée pour la troisième année consécutive, associe le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information) à Wikimédia France pour proposer aux lycéens et lycéennes de contribuer à Wikipédia (création d’articles et enrichissement de contenus existants). Le projet s’inscrit dans une démarche d’éducation aux médias et à l’information ainsi que d’éducation au numérique.

Logo du Wikiconcours lycéen.

Jean-Philippe WMFr, CC-BY-SA 4.0, Wikimedia Commons

Ce Wikiconcours lycéen a rassemblé quinze académies (pour trente-trois établissements) et neuf lycées français à l’étranger : Aix-Marseille, Bordeaux, Rennes, Dijon, Orléans-Tours, Caen, Corse, Strasbourg, Créteil, Limoges, Lyon, Nancy-Metz, Poitiers, Grenoble, Besançon, Vienne, Londres, Le Cap, San Salvador, Kahartoum, Beyrouth, Tamatave, Athènes, Pékin. Les coordonnateurs du CLEMI ont bénéficié d’une formation à la contribution courant janvier 2015 ; les élèves, enseignants et documentalistes ont pu s’appuyer sur une page de ressources et d’aide dont l’objectif est de les guider dans leur découverte de Wikipédia. Une page de discussion a également permis des interactions avec la communauté wikipédienne.

Lauréats

  • Le prix de la rédaction et de la contribution, qui récompense la qualité des contributions, est décerné à l’établissement Paul-Éluard (Saint-Denis, académie de Créteil) ;
  • Le prix de la communauté, qui récompense le travail collaboratif et les interactions avec les Wikipédiens, est attribué à l’établissement Charles-de-Gaulle (Longperrier, académie de Créteil) ;
  • Le prix coup de cœur revient à l’établissement Gabriel-Fauré (Annecy, académie de Grenoble) pour la création d’articles particulièrement utiles et pour la qualité globale de ses contributions ;
  • Une mention spéciale du jury est par ailleurs attribuée à l’école élémentaire d’Arcomps (académie d’Orléans-Tours), qui a participé au concours à titre dérogatoire, pour la qualité du projet pédagogique et des contributions des jeunes élèves.

Le jury remercie et félicite chaleureusement l’ensemble des participants pour leurs contributions. Ils recevront du jury un retour sur leurs apports afin qu’ils puissent progresser dans la maîtrise de l’outil Wikipédia. La composition du jury peut être consultée sur la page du projet.

by Jules Xénard at May 28, 2015 01:00 PM

May 27, 2015

Darkoneko

May 26, 2015

Wikimédia France

Quand un article Wikipédia rentre au musée

L’année 2015 marque le 800e anniversaire de la Magna Carta Libertatum. Aussi appelé la “Grande Charte des Libertés d’Angleterre“, ce manuscrit de soixante-trois articles garantit, dès le XIIIe siècle, le droit à la liberté individuelle, en limitant l’arbitraire royal et en établissant l’habeas corpus qui empêche, entre autres, l’emprisonnement arbitraire. La Magna Carta est considérée comme “la plus ancienne manifestation […] d’un long processus historique qui a conduit aux règles de légalité constitutionnelle dans les pays anglo-saxons”[1]. A l’occasion de cet anniversaire, la Ruskin School of Art de l’Université d’Oxford et la British Library ont sollicité Cornelia Parker pour imaginer une œuvre réinterprétant ce document fondateur.

L’extrémité supérieure de la tapisserie (photo : British Library, CC BY-SA, via Wikimedia Commons)

Cette artiste anglaise a eu l’idée un peu folle de reproduire en tapisserie la page Wikipédia dédiée à la Magna Carta, à la date de son 799e anniversaire. Pour réaliser ce minutieux et long travail, Cornelia Parker s’est entourée de plus de 200 personnes. L’artiste a ainsi dispersé les 87 fragments de la reproduction de 13 mètres de long de la page Wikipédia au quatre coins du globe, chacun des participants brodant alors un mot, une photographie, un logo, ou une phrase. A l’image de la diversité des contributeurs de Wikipédia, l’artiste a “recruté” ses brodeuses et brodeurs dans des univers très différents : ils sont écrivains, hommes et femmes politiques, musiciens, militants, etc. Mais surtout, la majeure partie de l’œuvre a été brodée par 36 prisonniers, purgeant des longues peines dans 13 établissements différents. Les prisonniers n’étant pas généralement autorisés à accéder à Internet, pour certains d’entre eux, “Magna Carta” était le premier article Wikipédia qu’ils lisaient. Finalement, très peu des participants sont des brodeurs professionnels : quelques membres de l’Embroiderers’ Guild et de la Royal School of Needlework ont œuvré sur les parties les plus délicates (photographies, reproductions, logos). Cornelia Parker a souhaité montrer, au travers de cette diversité, la portée de la Magna Carta et de Wikipédia. Au milieu de tous ces anonymes, certaines personnalités ont elles aussi apporté leur contribution : par exemple, Edward Snowden s’est chargé du mot “liberty”, Julian Assange a brodé “freedom” et Jimmy Wales s’est attelé à “user’s manual”. Quant au journaliste Alan Rusbridger, il a taché le tissu avec son sang en brodant les mots “contemporary political relevance” ‘(“pertinence politique contemporaine”).

Détail de la réintréprétation brodée de la version de 1225, par Ann Carrick et Elaine Dunn (photo : British Library, CC BY-SA, via Wikimedia Commons)

Pourquoi choisir de figer dans une tapisserie des contenus, qui, par essence, sont en perpétuelle évolution ? Cornelia Parker ne souhaite t-elle pas ici nous interroger sur l’héritage que nous laisserons à nos descendants ? Que retiendront-ils des années 2000, dans 10, 50 ou 800 ans ? L’artiste dira de cette œuvre :
J’ai aimé cette idée de saisir un instant et de l’immortaliser. Wikipédia est comme une tapisserie. C’est très subjectif et démocratique, avec de nombreux contributeurs. Tout le monde peut participer.[2]

L'”original” et sa “copie” (photo : British Library, CC BY-SA, via Wikimedia Commons)

La tapisserie sera exposée à la British Library à partir du 15 juin dans le cadre de l’exposition dédiée au 800e anniversaire du manuscrit original, et ce, jusqu’à la fin du mois de juillet. Ceux qui ne peuvent pas se déplacer pour l’admirer pourront profiter d’une numérisation intégrale en haute définition réalisée par la British Library et mise en ligne sur Wikimedia Commons, sous licence Creative Commons[3]. Et pour ceux qui voudraient poser leur pierre à l’édifice, l’article Wikipédia au sujet de l’œuvre[4] n’a pas été encore traduit en français !

[1] Article “Magna Carta“, Wikipédia.
[2] Zoe Craig, “Someone’s Embroidered Magna Carta’s Wikipedia Page“, Londonist, 16 mai 2015.
[3] Reproduction intégrale de “Magna Carta (An Embroidery)” par la Britsih Library (CC BY-SA, via Wikimedia Commons).
[4] Article “Magna Carta (An Embroidery)“, Wikipédia.

by Céline Rabaud at May 26, 2015 08:45 AM

May 24, 2015

Gratus

Wiknic

Vous êtes Wikipédien/wikimédiens (= qui contribue sur Wikipédia ou Wikimedia) et vous souhaitez rencontrer d’autres personnes comme vous ? Laissez tomber Edarling pour participer  à un Wiknic.

Rangez vos dictionnaires, vous perdez votre temps. En effet, c’est un mot-valise (Wiki et pique-nique).

Je pense que vous avez désormais compris : il s’agit de faire un pique-nique ou simplement se rencontrer.

Le Wiknic de cette année aura lieu les 6 et 7 juin 2015 (lieux).


by gratusfr at May 24, 2015 08:44 AM

May 23, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 21 – Portails

Wikipédia compte 1 625 744 articles, 16 104 contributeurs actifs (67 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Pour une fois, les wikipédiens parlent des élections du Board de la Fondation. Mercredi. De l’apparition d’un bandeau Wikilyon en haut de page : Benoit Rochon l’a … Continuer la lecture

by Frakir at May 23, 2015 07:11 PM

May 21, 2015

Wikimédia France

Des photographes tous terrains

Aux quatre coins de la France, nos membres photographes travaillent quotidiennement à l’enrichissement des projets Wikimedia. Et nous pouvons dire qu’ils ont du travail ! Afin de les épauler dans cette tache, l’association dispose de différents leviers. Elle équipe notamment les membres en matériel photographique professionnel et aide à l’obtention d’accréditations. Par ailleurs, les sorties photo organisées par Wikimédia France sont l’occasion pour les photographes confirmés de former les plus novices, tout en les intégrant dans l’association et les projets. Certains de nos membres sont photographes dans la vie, d’autres s’adonnent à cette activité régulièrement, comme passion… Mais tous ont en commun cette même envie de donner à voir leurs images au plus grand nombre en partageant leurs travaux sur Wikimedia Commons. Wikimédia France soutient donc toutes les productions photographiques, quelqu’en soit le sujet, le volume et l’importance.  Nous voulons ici mettre à l’honneur trois des photographes les plus productifs.

Par Pierre-Yves Mével - CC BY-SA 3.0

“Pierre-Yves Mevel photographiant Jean-Robert Pitte”, par Claude Truong-Ngoc – CC BY-SA 3.0

Pyb

Wikipédia est très développé dans le domaine du sport. Mais la plupart du temps les articles sont pas ou mal illustrés. Depuis deux ans et demi, je photographie le sportsous toutes ses formes : masculin, féminin, handisport, sports classiques (foorball, rugby, handball, athlétisme, etc.) et des sports méconnus (lutte sénégalaise, chanbara, kin-ball, etc.). En deux ans et demi, j’ai identifié les événements à couvrir, j’ai appris les techniques de la photo de sport, mais aussi les us et coutumes pour se faire accréditer afin d’avoir accès au bord du terrain aux côtés des photographes de l’Equipe et de l’AFP. Je suis devenu accro à la photo de sport, à l’ambiance lors des finales de coupe de France, à ces matchs clés qui se terminent dans la joie pour les uns et la déception et les larmes pour les autres. J’aime avoir quelques secondes pour réussir la photo déterminante.

En 2014 j’ai photographié le meeting d’athlétisme paralympique de Paris. J’étais un peu réticent, mal à l’aise à photographier le handisport. Malgré mes 5 heures sous la pluie sans pouvoir m’abriter, ce fut une expérience marquante. Voici une photo de l’épreuve de saut en longueur. La brésilienne Simplicio da Silva s’élance et est guidée par le son afin de courir droit.

Au cours du gala de lutte sénégalaise au palais omnisport de Paris Bercy, j’ai retrouvé l’ambiance de ce que j’ai vécu lors de mes séjours au Bénin et au Ghana. A l’heure où les sports professionnels français tentent de créer sans grand succès des spectacles, la lutte sénégalaise est un véritable spectacle : sport, danse, musique, gris-gris, marabouts.

Avec le match amical Mali-Ghana à Paris, je découvre l’organisation d’un match amical à Paris. Mais qui l’organise ? Qui délivre les accréditations ? J’ai moins d’une semaine pour obtenir le fameux sésame. Emails, Twitter et Facebook sont des outils très pratique et incontournables dans la photo de sport. J’ai finalement obtenu le 06 grâce au compte Facebook de la fédé malienne et obtenu sans problème (Wikipédia ouvre de nombreuses portes) l’accord pour l’accréditation 24h avant le début de la rencontre. Ce match aura permis d’illustrer 350 articles de Wikipédia, toutes langues confondues.

Meeting d'Athlétisme Paralympique de Paris - Simplicio da Silva Match Mali vs Ghana 2015 Lutte sénégalaise Bercy 2013 - Mame Balla-Pape Mor Lô
Par Cyrille BERTIN (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

“Pyb at work”, par Cyrille BERTIN – CC BY-SA 4.0

Thesupermat

J’ai sérieusement commencé à verser des photos sur Commons à partir de 2010, année où j’ai acheté mon reflex. Etant équipé à peu près correctement, j’ai décidé de demander des accréditations pour des festivals bretons, en vue d’illustrer les articles Wikipédia avec des photos de qualité correcte. J’en ai sollicité plusieurs et le premier à me répondre favorablement (grâce à l’aide de (:julien:), qu’il en soit remercié), a été le festival de musique celtique de Cornouaille de Quimper, en 2010. Depuis, j’ai été accrédité sur plusieurs festivals : festival du bout du Monde (Crozon, Finistère), la fête de l’Humanité, Solidays et pour finir en apothéose en 2014 avec une accréditation pour le plus grand festival de France, les Vieilles Charrues. A ce jour, festivals obligent, j’ai couvert plus de 150 concerts, que ce soit l’artiste local ou la star internationale. En plus de photographier les artistes, une accréditation est aussi le moyen de les croiser dans les coulisses et de voir l’envers du décor. Tout cela n’aurait pas été possible sans l’aide apportée aux photographes par Wikimédia France, que ce soit la mise à disposition de matériel photographique de qualité professionnelle ou un soutien à l’obtention d’accréditations. Mon meilleur souvenir restera le jour où Cali a fait monter les photographes sur scène pour “participer” au show. Se retrouver ainsi face à 20 000 spectateurs procure des émotions indescriptibles.

Ma participation ne se limite pas aux concerts, je suis également accrédité pour des événements liés à l’automobile, que ce soit le Mondial de l’auto, Rétromobile ou encore le salon du deux roues. Ces accréditations sont l’occasion de produire une documentation iconographique nombreuse et variée dans des conditions favorables ; absence de public, véhicules présentés sous leur meilleur jour… En plus de ces salons, je couvre aussi des ventes aux enchères automobiles qui offrent de meilleurs opportunités que les salons car y sont présentés de nombreux véhicules de collections couvrant la production automobile mondiale, avec des véhicules parfois exclusifs, de ses début jusqu’aux années 80-90.

Pour finir car c’est aussi une grosse partie de ma production photographique, je “chasse le monument historique” ! Le concours Wiki loves Monuments y est pour beaucoup. Cela m’a permis, en plus d’enrichir Commons, de découvrir le patrimoine architectural proche de mes lieux de résidence ou de vacances et de le photographier dans les moindres détails. J’ai ainsi versé plus de 1600 photos de détails architecturaux du palais du Louvre sur Commons et il n’est pas rare que je produise plusieurs centaines de clichés dans un enclos paroissial finistérien.

Cali - Festival du Bout du Monde 2013 Guimiliau - Enclos paroissial - le porche Mini 5 Door - Mondial de l'Automobile de Paris 2014
Par Myrabella - CC BY-SA 3.0

“Main de Wikimédien photographiant des mains votives”, par Myrabella – CC BY-SA 3.0

Thomas Bresson

J’ai commençé petit à petit à couvrir certains événements depuis 2007. Mais c’est en 2013, à l’occasion des débats et autres meetings électoraux que j’ai commencé à couvrir des événements de façon intensive. Ainsi, pour l’année 2014, 52 événements ont été couverts par mes soins, quant à 2015, c’est déjà 49 événements qui ont été illustrés… Et l’année n’est pas finie ! Je couvre donc aussi bien des meetings politiques que des événements sportifs ou culturelsDe plus, j’ai réalisé quelques dossiers photographiques sur des lieux précis, notamment le sentier du kilomètre zéro situé dans le sundgau alsacien ou le jardin des papillons à HunawihrPlus récemment, l‘événement le plus intéressant que j’ai couvert récemment était l’éclipse partielle de soleil du 20 mars 2015.
Danaus plexippus Sentier du Km Zéro, Villa Agathe Eclipse solaire du 20 mars 2015
"Views of the CICG during 10th Plenary of the Group on Earth Observations (GEO-X) in Geneva", par Rama - CC BY-SA 2.0

“Views of the CICG during 10th Plenary of the Group on Earth Observations (GEO-X) in Geneva”, par Rama – CC BY-SA 2.0


Mise à jour : Discrètement mais sûrement, le cap des 100 000 fichiers de versés sur Wikimedia Commons grâce au soutien de Wikimédia France vient d’être passé ! Bravo et merci à tous ceux grâce à qui cela a été possible !

by Céline Rabaud at May 21, 2015 10:11 AM

May 18, 2015

Gratus

Blocage indéfini vs bannissement

Récemment, la contributrice St Malo a été bannie tandis que Claudeh5 a été bloqué indéfiniment. 

Mais quelle est la différence entre un bannissement et un blocage indéfini ? Dans les deux cas il est impossible de contribuer, n’est ce pas ?

Bien que subtile, la différence existe et réside dans le fait qu’il y a une distinction entre le compte et l’utilisateur qui est derrière. Pour un blocage indéfini, seul le compte est bloqué alors que pour un bannissement, c’est la personne qui est derrière qui ne peut plus contribuer sur Wikipédia.

Vous me direz sûrement que cela revient au même. Hé bé non. Pour cela, je vais prendre l’exemple d’un contributeur qui utilise un pseudo interdit. Ce contributeur peut alors se voir son compte bloqué indéfiniment mais avec la possibilité, selon les cas, de revenir avec un pseudo moins « hors la loi ».

On imagine maintenant un contributeur qui aime semer la zizanie et qui est banni. Dans ce cas, il peut prendre tous les pseudos inimaginable, il sera bloqué à vue.

Des wikipédiens atteints de procédurite pourront faire remarquer qu’un bannissement doit faire l’objet d’un consensus entre administrateurs. Dans ce cas, le troll peut-il revenir au nez des administrateurs impuissant car ils ont oubliés de se prononcer sur un éventuel bannissement ?

Non, car l’administrateur malin fera remarquer aux contestataires qu’il a bloqué le compte pour « contournement de blocage » en utilisant le célèbre {{Faux-nez}} qui précise « a été bloqué indéfiniment pour avoir […] contourné le blocage du compte principal ».

Et si notre contestataire ressort la recommandation sur les faux-nez « Il est […] possible d’utiliser un nouveau compte pour continuer à contribuer sur Wikipédia, en contournant ainsi un blocage. Mais cela est vivement déconseillé ! Certains wikipédiens pensent même que c’est formellement interdit et que cela peut conduire à une sanction même quand aucune contribution du nouveau compte ne pose problème. » ?

C’est simple, il suffit de lui ressortir une autre recommandation : Ne jouez pas au con !

Au passage, il est intéressant de remarquer que le raccourci vers cette page est WP:NCON, le raccourci  WP:CON étant déjà pris pour rediriger vers Wikipédia:Consensus !


by gratusfr at May 18, 2015 05:52 PM

May 17, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 20 – Bannissement

Wikipédia compte 1 623 574 articles, 16 169 contributeurs actifs (70 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Créer des liens interwikis vers Vikidia ? ■ Il est possible de ne pas recevoir de messages de PàStec sur sa page de discussion. Cet outil permet d’ouvrir … Continuer la lecture

by Frakir at May 17, 2015 10:50 AM

May 15, 2015

Gratus

WIMA mai 2015

Connaissez-vous la Wiki-maintenance ?

Il s’agit d’un concours sur Wikipédia où les contributeurs, seul ou en équipe, effectuent de la maintenance sur Wikipédia (wikification, catégorisation …).

La quatrième édition, celle de mai 2015, débutera le 17 mai 2015 à h 0 UTC  et se terminera le 31 mai à 23 h 59.

S’inscrire pour être : participant, jury.

Dans le reste de l’actualité wikipedienne, nous pouvons noter l’attribution des outils d’administrateur à Varmin avec un ratio Pour / (pour + contre) de 100% !! (vote).

Jérémy-Günther-Heinz Jähnick a été bloqué pendant une semaine pour « Propos inacceptables » via une décision des administrateurs sur leur bulletin.


by gratusfr at May 15, 2015 05:11 AM

May 13, 2015

Linterweb

Présentation d’Allingroups

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous parler aujourd’hui du développement d’un programme lié de près ou de loin à Wikipédia, mais d’Allingroups, le nouveau service auquel nous sommes en train de travailler, à Linterweb.

Depuis plusieurs années, beaucoup de nos programmes ont été liés d’assez près aux projets Wikimédia : Wikiwix, notre moteur de recherche spécial Wikipédia ; Okawix, notre navigateur lui aussi spécial Wikipédia ; les archives Wikiwix, un service utilisé entre autres sur la Wikipédia francophone (mais aussi en d’autres langues comme le roumain ou le hongrois), qui s’occupe de conserver une copie de toutes les pages Internet  citées comme sources des articles de Wikipédia, afin que ces sources ne puissent pas être perdues, même quand la page citée est déplacée ou supprimée.

Mais ces temps-ci, c’est sur un programme assez différent que nous travaillons ; une application pour une fois plutôt destinée à la communauté Facebook qu’à la communauté Wikipédia ; notre service s’appelle Allingroups, et c’est ce qu’on appelle un auto-posteur Facebook

Explications. Si vous utilisez Facebook, vous pouvez écrire des messages sur les fan pages ou dans les groupes auxquels vous êtes inscrit : groupes d’amis, de proches, de parents, de collègues, groupes dédiés à la publicité… Si vous désirez écrire un message dans un groupe ou sur une page, tout va bien : vous cliquez sur le nom du groupe ou de la page pour y accéder, vous écrivez votre message, vous cliquez sur le bouton Publier, et c’est fait. Si vous voulez publier le même message sur dix groupes ou pages, vous devez répéter le même processus dix fois. Toujours pas de problème, même si ça commence déjà à être un peu pénible. Maintenant, si vous voulez publier ce message sur plusieurs centaines de groupes ou pages, n’y pensez même pas ! Vous y passeriez votre journée !

C’est à cela que sert Allingroups : sauver vos journées, vous faire gagner du temps. Allingroups automatise la publication de messages à l’ensemble ou une partie de vos groupes ou pages, tout en faisant en sorte d’éviter les blocages et les bannissements intempestifs infligés par les règles quelque peu restrictives de publication de Facebook (règles que Facebook est encore en train de durcir).

De plus, contrairement à la plupart des auto-posteurs Facebook existants, Allingroups n’a pas besoin d’être installé sur votre ordinateur ; le programme s’exécute chez nous, sur un de nos serveurs. Votre ordinateur n’a donc pas besoin d’être en permanence allumé et connecté à Facebook pour la distribution des messages. Du coup, non seulement Allingroups vous fait gagner énormément de temps, mais aussi de l’électricité : un seul de nos serveurs dédié à la diffusion des messages sur Facebook consomme beaucoup moins d’électricité que les dix mille ordinateurs de nos, actuellement, dix mille utilisateurs ! À l’heure de la prise de conscience de plus en plus large des enjeux du changement climatique, il nous semble important de souligner ce dernier point : ajoutés les uns aux autres, de prétendument petits progrès peuvent permettre au final des économies d’énergie cumulées considérables.

 

Comment ça marche ?

Notre auto-posteur Facebook est facile à utiliser :

  1. vous vous inscrivez à Allingroups avec vos identifiants Facebook (adresse électronique, mot de passe) ;
  2. vous vous retrouvez sur la page Créer une campagne, où vous pouvez écrire votre message et joindre une page web ou Facebook à votre message ;
  3. si vous le souhaitez vous pouvez accepter d’ajouter un lien d’affiliation ; toute personne qui s’inscrira à Facebook via votre lien d’affiliation vous rapportera des crédits Allingroups qui seront autant de publications gratuites ; j’y reviendrai ci-dessous ;
  4. vous choisissez les groupes et pages destinataires du message dans la liste de vos groupes et pages Facebook ;
  5. vous cliquez sur le bouton Diffuser la campagne. Et c’est parti !

 

Et combien ça coûte ?

Pas trop cher, je dirais : pour faire simple, un crédit Allingroups permet d’envoyer un message à un groupe ou sur une page. Cent crédits permettent d’envoyer un message à cent groupes ou pages, ou cent messages à un groupe ou sur une page, ou cinquante message à deux groupes ou pages, ou cinq messages à vingt groupes ou pages, etc. : vous utilisez vos crédits comme vous le souhaitez entre autant de groupes et pages que vous le désirez.

En outre, vous recevez, en ce moment, 500 crédits gratuits à l’inscription, plus encore 200 crédits à l’aide du code promo suivant : MATT ALLINGROUPS, que vous rentrerez juste après l’inscription ; plus d’autres crédits gratuits grâce au système d’affiliation : lorsqu’une personne s’inscrit sur Allingroups au travers de votre lien d’affiliation, votre décompte de crédits augmente de 200 et la personne devient votre filleul. Lorsqu’un filleul prend un forfait vous bénéficiez de 10 % des crédits qu’il a acquis. Lorsqu’un filleul de votre filleul prend un forfait vous bénéficiez de 8 % des crédits qu’il a acquis. Au rang 3, vous bénéficiez de 6 %, au rang 4 de 4 %, au rang 5 de 2 %.

Et vous pouvez aussi acheter des crédits sur l’onglet Mes crédits. Actuellement, le prix d’un crédit Allingroups est de 0,01 €. Même pas le prix de l’électricité consommée par l’envoi d’un message si vous le faisiez vous-même avec votre ordinateur ! Donc pour par exemple un euro vous pouvez envoyer cent messages. Vu le temps gagné et la consommation d’électricité évitée, je pense que ça vaut le coup !

 

Si vous communiquez beaucoup sur Facebook, vous devriez essayer Allingroups. Vous économiserez du temps et de l’électricité. Des économies de temps pour vous, et des économies d’énergie pour la planète. À l’approche de la Conférence de Paris de décembre 2015 consacrée au changement climatique, cette problématique est cette année plus que jamais d’actualité.

 

Chez Linterweb, nous nous sommes toujours efforcés de tenir la communauté Wikipédia informée de nos idées et de notre travail autour des projets Wikimédia, notamment à travers nos articles sur le blog http://blog.wikiwix.com/. Tout en conservant ce blog, où nous continuerons de publier tout ce qui a trait à Wikimédia, nous tiendrons également à l’avenir un second blog à l’adresse http://allingroups.com/, sur lequel nous publierons tous les articles relatifs à Allingroups et à la communauté Facebook.

J’espère vous y retrouver prochainement ! Matthieu :-)

by Matthieu at May 13, 2015 11:16 AM

May 11, 2015

Wikimédia France

C’est parti pour Wiki Loves Earth !

WLE_Austria_Logo_(transparent).svgPhotographiez la Terre et participez à la mise en valeur du patrimoine naturel. Wiki loves Earth, le concours international qui met la biodiversité à l’honneur sur Wikimedia Commons et Wikipédia a démarré le 1er mai. Rendez­-vous sur wikilovesearth.fr !

Cette troisième édition du concours  Wiki Loves Earth, organisé par le mouvement Wikimedia, a été lancée le 1er mai. Jusqu’au 30 mai 2015, vous pouvez enrichir les articles consacrés à la biodiversité en partageant vos photos.

Une première en France

Organisé pour la première fois en France et simultanément avec 21 autres pays, les photographes amateurs et professionnels sont invités à photographier notre patrimoine naturel protégé et à partager leurs œuvres.

Le territoire français est concerné, via 377 zones allant des parcs nationaux jusqu’aux réserves régionales, englobant ainsi la globalité des paysages et des biotopes variés.

Chacun est donc invité à aller photographier la nature. Ce concours est une manière de sensibiliser les Français à leur propre patrimoine, de créer un lien de proximité avec celui-­ci et de faire connaître les projets Wikimédia au grand public. Les photographies des aires naturelles sont placées sous licence libre (CC­-by­-sa) pour permettre au plus grand nombre d’y accéder gratuitement et légalement via Internet (principalement via l’encyclopédie Wikipédia et sa médiathèque Wikimedia Commons).

Un concours international

Lors de l’édition internationale 2014, ce sont plus de 70 000 photos représentant 15 pays du monde qui ont été mises en ligne. Parmi les pays se trouvait notamment l’Autriche, le Népal ou le Brésil. En Allemagne uniquement, ce sont près de 15 000 photos qui ont été importées !

Pendant l’été, un jury national sélectionnera les dix meilleures photographies de France. Elles rejoindront alors les sélections des autres pays participants pour être visées par un jury international. Le jury international constituera à son tour une sélection des meilleures photographies mondiales.

Envie de participer ?

Vous trouverez toutes les informations sur le site du concours. Pour verser vos photos numériques, rendez-vous sur Wikimedia Commons. N’oubliez pas que vous allez photographier des lieux protégés et fragiles !

Wikimédia France met également à l’honneur chaque jour du mois de mai une photographie soumise dans le cadre du concours, sur son site wikilovesearth.fr et sur les réseaux sociaux.

http://wikilovesearth.fr/post/118102053011/coup-de-coeur-du-jour-premieres-neiges-sur-les

by Trizek at May 11, 2015 08:40 AM

May 09, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 19 – Le wikipédien

Wikipédia compte 1 621 245 articles, 16 362 contributeurs actifs (71 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. De l’intérêt de placer les sources au milieu du texte. Mercredi. Un début consisterait à expliquer que cette association-là n’est pas Wikipédia et n’est pas une direction de … Continuer la lecture

by Frakir at May 09, 2015 06:47 PM

May 07, 2015

Wikimédia France

Prêts, feu, remixez !

En partenariat avec l’Open Knowledge Foundation[1], Wikimédia France ouvre le 9 mai 2015 la 2e édition du Public Domain Remix ! Initié en 2013, ce concours est une invitation à réutiliser et remixer les œuvres appartenant au domaine public. Nous estimons que cette précieuse ressource n’est pas suffisamment valorisée et utilisée : avec cet événement, nous souhaitons montrer en quoi le domaine public est une inestimable source de création dans tous les domaines de l’art et de l’invention. Vous êtes plasticien, vidéaste, sculpteur, photographe, illustrateur ou animateur ? Amateurs ou professionnels, ce concours est pour vous !

En France, une œuvre entre dans le domaine public soixante-dix ans après la mort de son auteur. Une fois ce délai passé, il n’est plus nécessaire de demander une autorisation d’exploitation quelconque. Imaginez les possibilités induites par le domaine public ! Cependant, malgré l’apparente précision du code de la propriété intellectuelle en la matière (et notamment le détail des exceptions : œuvres de collaboration, collectives, anonymes, pseudonymes, posthumes et prorogations de guerre), il n’est pas si simple de déterminer la mise dans le domaine public d’une œuvre. Nos amis de Romaine Lubrique[2] ont par exemple eu quelques difficultés à déterminer les trente et un élus de leur calendrier de l’Avent du domaine public de 2015[3].

Avec le Public Domain Remix, Wikimédia France souhaite continuer à faire découvrir ces artistes, souvent tombés dans l’oubli. Ainsi, la seule contrainte du concours est l’obligation de remixer l’une des œuvres des artistes sélectionnés dans le fameux calendrier de l’Avent. Vous avez de la chance, nous profitons cette année d’une très belle « promotion » ! Pour ne citer qu’eux, vous trouverez dans cette liste des artistes comme Edward Munch, Piet Mondrian, et Vassily Kandinsky… Mais n’hésitez pas à nous faire redécouvrir les vingt-huit autres artistes proposés.

Dans cette même idée, nous avions soutenu en janvier dernier le premier Festival du domaine public[4]. Nous avions notamment noué un partenariat avec l’École supérieure des arts et techniques (ESAT). L’idée était de donner carte blanche aux étudiants pour la création de la charte graphique du festival. Ainsi, nous invitons les participants du Public Domain Remix à suivre l’exemple de Manon Darcel et Lucie Broulou. Ces étudiantes de l’ESAT ont utilisé une œuvre d’André Devambez pour réaliser l’affiche du Festival du Domaine Public. Grâce au domaine public, Le seul oiseau qui vole au-dessus des nuages, peint en 1910, continue à vivre, et ce, au-delà des cimaises du vénérable musée d’Orsay.

Retrouvez toutes les infos sur le Public Domain Remix sur son site dédié
http://publicdomainremix.org/

Public Domain Remix (affiche)

by Céline Rabaud at May 07, 2015 09:00 AM

May 05, 2015

CHWiki

Finale du Top 8

Ayant eu connaissance un peu par hasard de la tenue de la finale du Top 8 (opposant Montpellier à Lille) à Bourg-en-Bresse, le lumpenfotograf n’a écouté que son courage et s’est rendu dans cette contrée étrangère qu’on appelle l’Ain. Backlog, Flickr, vous commencez à être habitués, non ?

by Clément at May 05, 2015 11:38 AM

Festicabales VI : Genferei

C’est officiel, ce sera le 15 août! Si vous n’avez qu’un jour à dédier à la #Freikultur IRL, ce sera celui-ci: comme chaque année, la Cabale romande organise donc sa rencontre oecuménique (oui toi aussi, ami Wikinewsien, tu peux venir), et comme chaque année on change de canton pour, cette fois, vous accueillir dans la capitale […]

by Popo le Chien at May 05, 2015 06:25 AM

May 04, 2015

Gratus

Balise

Depuis la version 1.26 – wmf3 de Mediawiki (déployée sur Wikipédia le 29 avril 2015), les contributeurs possédant le droit changetags peuvent ajouter ou retirer des balises créées manuellement par les sysops, déjà pourvus du droit managechangetags.

Actuellement, tous les contributeurs inscrits ont accès au balisage. Un sondage a lieu pour savoir qui devrai avoir accès au droit changetags.

Le droit changetags permet de baliser une modif ou une entrée de journal après-coup. En effet, le fait de baliser les modifications au moment de l’édition repose sur un autre droit appelé applychangetags.

Auparavant, les balises n’étaient utilisées que par les filtres anti-abus.


Mon script PàStec, devenu récemment un gadget disponible dans les préférences, a été adapté afin d’utiliser une balise. Il n’est cependant pas le seul, WPCleaner, LiveRC, BandeauxCategories, BandeauxEbauches et d’autres possèdent également une balise à eux.

L’un des avantages de la balise par rapport aux commentaires de diff incluant le nom du script est qu’il permet son repérage dans les modifications récentes. On peut alors isoler les modifications effectuées par un script et ainsi vérifier le bon fonctionnement de ce dernier.

Pour isoler, il faut rajouter &tagfilter=[nom du filtre] à l’URL des modifications récentes ou alors remplir la bonne case  ;)


by gratusfr at May 04, 2015 04:56 PM

May 03, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 18 – Balises

Wikipédia compte 1 618 620 articles, 16 595 contributeurs actifs (71 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Wikipédia est le 5e site le plus consulté du monde, t’imagines bien qu’on n’a pas que des amis. Jeudi. Engouement pour le bandeau Problèmes multiples (au lieu de … Continuer la lecture

by Frakir at May 03, 2015 03:28 PM

May 02, 2015

Gratus

Interview avec Macadam1

Peut tu te présenter ?
Macadam1, Wikipédien, Vikidien à ses heures perdues, 12 ans, toutes ses dents, et bitume avant tout.
(bitume et fier de l’être)
Centre d’intérêt ?
Wikipédia (:D), jeu vidéo, le savoir, (faire) rire
Centre d’intérêt dans Wikipédia ?
Maintenance avant tout. La rédaction c’est pas vraiment vraiment mon truc.
 Et dans la « maintenance » je fais un peu de tout. (catégories, RC, portails, …)
Je suis aussi pas mal dans les PàS.
Tu utilises PaStec ? [/!\ Placement de produit /!\]
et oui ! Ton outil est bien utile
vive la pub cachée \o/
enfin cachée…c’est très visible :D
pour info il est devenu un gadget disponible dans les préférences depuis cette nuit
ah bon :o
et oui je viens de voir

 

Es-tu un péon convaincu (ou con_vaincu) ?
con vaincu ? Je ne suis pas con, et pourquoi serais-je vaincu ?
bon sérieusement,
 je ne pense pas être un péon convaincu
 devenir admin plus tard…pourquoi pas, mais dans quelques années probablement ;-)
As tu rédigé un article dont tu es particulièrement fier ?
naaan pas vraiment
je fais surtout des ébauches
par contre sur vikidia je suis fier de mon article Nintendo par exemple
mais bon c’est une interview WP ici ^^ :3

Participera tu à la Wiki-maintenance de mai 2015 ? [/!\ Placement de produit bis /!\]

peut-être
c’est sympa
même si personnellement je ne comprends pas comment on a pu arriver à faire des concours sur Wikipédia, ça devrait toujours être un concours, contribuer !
Contribuer sur Wikipédia est un concours?
non
Mais je voulais dire que l’on devrait toujours contribuer comme si on était dans un wikiconcours
pas de raison de soudainement arrêter par la suite
Membre de la cabale IRC, cabale des chats, cabale des jeunes, cabales des frites, n’y a t-il pas conflit d’intérêt ?
mouah, c’est rigolo
pourquoi pas ?
En résumé, tu n’es pas un humain de 12 ans mais un chaton qui passe son temps à manger des frites devant son PC
SHHHHHT c’est privé :o
PS : Quel art de la déduction, chapeau.
Pourquoi ce pseudo ?
 Macadam est un mot incluant mon prénom (à vous de deviner)
 mais c’était déjà pris
du coup j’ai ajouté un 1
Pense tu que Wikipédia influe sur ta vie IRL ?
Comment ça ?
 (attention plus grande aux sources, notation en mode Wiki, utilisation de mots comme  refnec dans le langage courant …)
 je n’arrive pas à ce point
 mais WP est un de mes (voir mon principal) principaux centres d’intérêt
par contre il m’arrive de dire référence souhaitée à mes proches :D
 je l’ai fait 3 fois
 et quelles sont les résultats ?
 le plus récent est arf
146
(31 août 2014)
As-tu pris des décisions pour faire diminuer ce résultat critique ?
Non.
Pourquoi faire ? C’est bien ainsi.
Tant que ça n’affecte pas négativement mes études, c’est bon.
 * Gratus est totalement d’accord

 Et que pense tu des jeunes sur Wikipédia (faut-il les brûler sur un bucher) ?

bien sûr que non
 j’en suis moi-même un
ça équivaudrait à m’immoler par le feu
Il faut qu’on les préserve, ce sont des bons futurs contributeurs
 D’autres choses à dire  ?
suggestion pour le blog :
faire une section pour les interviews
 comme ça c’est plus facile de les retrouver
 Dernière question : savais tu que @Pastille avait de l’humour ?
 Oui, il utilise Cleverbot.
(aux lecteurs : parlez en mp à Pastille sur #wikipedia-fr-liverc, il vous répond ^^)
Merci beaucoup d’avoir accepté cet interview
 de rien
 et à plus les poteaux, contribuez bieeeeeeeeen

by gratusfr at May 02, 2015 03:55 PM

April 30, 2015

CHWiki

USO-RM92

Le max de lol du début de semaine ne me fera pas oublier mon compte-rendu de match. Après un vendredi soir sous le signe du malaise et une nuit … agitée, j’ai pris la route, sous un grand ciel bleu une légère bruine des trombes d’eau pour me rendre à Oyonnax, que vous commencez à […]

by Clément at April 30, 2015 12:28 PM

April 27, 2015

Wikimédia France

WikiArabia, une place au soleil

La communauté Wikimedia se renforce progressivement sur le continent Africain et plus précisément dans la région du MENA (“Middle East and North Africa”, littéralement “Moyen-Orient et Afrique du Nord”). Le mouvement se structure peu à peu, avec la création en 2014 de groupes d’utilisateurs en Tunisie, en Egypte et en Algérie. Les membres de la communauté arabe Wikimédia avaient déjà eu l’occasion de se rencontrer et d’échanger en marge de la Wikimania de Londres en 2014[1]. De cette première rencontre est née l’envie d’officialiser et pérenniser ce type de rassemblements.

Par Fjmustak, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Par Fjmustak, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Ainsi, la première conférence WikiArabia a eu lieu du 3 au 5 avril 2015 à Monastir (Tunisie). Cet événement, le premier dans son genre dans le monde arabe, a été co-organisé par l’association pour la Culture numérique Libre (CLibre) et la communauté Wikimedia Tunisie. L’association CLibre est une association qui travaille sur la promotion de la culture numérique libre et qui assiste les autres associations en leur fournissant des outils libres. Elle travaille aussi sur l’arabisation des logiciels libres. Quant à lui, Wikimedia Tunisia User Group n’est pas un groupe d’utilisateurs comme les autres : il est devenue en juin 2014 le premier officiellement reconnu par la fondation Wikimédia sur le continent africain.

Pendant trois jours, cet événement a rassemblé près d’une cinquantaine de participants, issus principalement de pays comme le Maroc, l’Algérie, l’Egypte, la Syrie, la Jordanie et les Émirats arabes unis. Lila Tretikov, la directrice exécutive de la Fondation Wikimedia, était aussi présente. Elle a pu transmettre sa connaissance transversale du mouvement, ainsi que sa vision “d’un monde noyé dans l’information où on confond informations, connaissances et vérité”[2].

Par Habib M’henni, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Par Habib M’henni, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Tous   les  participants, membres de groupes d’utilisateurs ou non, se sont  retrouvés à l’occasion de rencontres et d’interventions variées, et ont pu  présenter leurs diverses approches expérimentales. Ils ont poursuivi  leurs échanges autour de différents sujets, comme la motivation des utilisateurs de Wikipédia, la neutralité des contenus et la délicate question de l’usage des dialectes locaux.

Le rassemblement  WikiArabia a aussi été pensé comme un  événement de promotion des  projets Wikimedia en langue arabe auprès du grand public et du monde de l’éducation et de la culture[3]. Tighe Flanagan de la Wikimedia Foundation, Walaa AbdelManaem et Reem AlKasheef du groupe d’utilisateurs égyptien sont ainsi intervenus au sujet du programme d’éducation de Wikipédia. Des collaborations futures avec des universités et des académiciens ont été proposées et permettront dans le futur d’améliorer le capital confiance des lecteurs de Wikipédia en arabe.

Ainsi, tous les acteurs du mouvement impliqué dans cette région s’accordent sur un point : malgré la grande évolution de la Wikipedia arabe des dernières années, cela ne reflète pas complètement le véritable potentiel de la communauté arabe. Mark Graham, du Oxford Internet Institute, a pu exposer le fossé entre les contributions par pays, tout en démontrant la richesse des langues et des cultures de cette région

Par Agnieszka Wolska, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Par Agnieszka Wolska, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

WikiArabia 2015 a aussi été l’occasion pour le Groupe d’utilisateurs Wikimedia Tunisie d’organiser la cérémonie de remise des prix de la 2e édition du concours national Wiki Loves Monuments 2014. Sur les 1176 photos téléversées, dix photographies ont été récompensées, et la 1ère place a été attribuée à une image de l’Amphithéâtre d’El Jem, photographié par Agnieszka Wolska. Cette photo illustre depuis l’article Wikipédia labellisé “Article de qualité” dédié à ce monument.

Les membres de WikiArabia seront à nouveau réunis à l’occasion de la Wikimania, à Mexico en juillet prochain, où ils pourront continuer à renforcer leur communauté. Une seconde conférence WikiArabia sera organisée ultérieurement, sans doute du côté de Dubaï. L’organisation de ce type d’événements peut aider les pays dans la région du MENA à finaliser leurs demandes pour devenir les nouvelles structures reconnues par la fondation : l’Algérie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et l’Iran en tant que chapitres ; et le Maroc et la Jordanie comme groupes d’utilisateurs. Tous les participants ont salué la réussite de ce rassemblement unique organisé par la communauté Wikimédia Tunisienne.

[1] “WikiArabia Monastir 2015 à partir du 3 avril prochain“, Tunisie Haut Débit, Mariam Hammouda
[2] “WikiArabia 2015 comme si vous y étiez“, Jamaity, Ahmed Zoghlami

 

by Céline Rabaud at April 27, 2015 11:56 AM

April 24, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 17 – Les entreprises

Wikipédia compte 1 616 219 articles, 16 837 contributeurs actifs (71 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Que les entreprises arrêtent de transformer Wikipédia en un support gratuit de communiqués de presse et peut être seront-elles mieux acceptées ? Il n’est pas toujours facile de trouver … Continuer la lecture

by Frakir at April 24, 2015 09:48 PM

April 22, 2015

CHWiki

Radio stars

tl;dr: vous avez la possibilité de parler à la TSF de thèmes qui (a priori) vous intéressent, puisqu’il s’agit des articles que vous avez écrits. Wikimedia CH est en contact avec le producteur de l’émission Histoire vivante (sur RTS – La Première): celui-ci, pour la rentrée 2015, voudrait innover un peu en incluant des Wikipédiens francophones […]

by Popo le Chien at April 22, 2015 03:05 PM

Wikimédia France

Wikimédia France organise le Hackathon Européen Wikimedia

Depuis plusieurs années, il est de coutume que les organisations du mouvement Wikimedia organisent à tour de rôle un Hackathon Européen. Et cette année… c’est Wikimédia France !

Mais alors… qu’est ce qu’un Hackathon Wikimedia ?

Hackathon 2015 - Zurich

Hackathon 2014 à Zurich – Chandres – CC-BY-SA

Durant 3 jours et 3 nuits, plus de 200 développeurs du mouvement Wikimedia vont se réunir pour travailler sur diverses thématiques permettant l’amélioration et le développement des projets Wikipédia, Wikimédia Commons, Wikidata et les 9 autres. D’après Lila Tretikov, Directrice générale de la Wikimedia Foundation :

“Certains des projets travaillés sont l’incarnation même du mouvement Wikimedia : élargir notre façon de recueillir, de structurer et de partager le savoir, et comment nous reconnaissons et nous encourageons les contributions et la participation à tous les projets.”[1]

Outre ce hackathon européen annuel réunissant 150 à 200 participants venant de plus de 20 pays, un autre de même ampleur est organisé chaque année en marge de la Wikimania, la grande convention annuelle du mouvement. La Wikimania aura lieu cette anné, à Mexico. D’autres Hackathons de grande envergure ont lieu ponctuellement sur d’autres continents (principalement en Inde), complétés par de petits événements en Europe (réunissant entre une dizaine et une trentaine de participants).

Cette année, c’est à Lyon !

Valpré Lyon

Valpré Lyon – Alexandre Cella – CC-BY-SA

Wikimédia France organisera donc le prochain Hackathon du 23 au 25 mai 2015. Il se tiendra à Lyon, et plus particulièrement à Valpré, un centre de congrès et séminaires, pour répondre aux exigences logistiques d’un tel projet. Le choix de la ville permet d’impliquer le groupe local des Wikimédiens lyonnais, qui est en fort développement depuis quelques mois.

Une attention particulière sera portée aux projets sémantiques : Wikidata, le projet de base de données éditée de manière collaborative pour aider à la mise à jour des données de Wikipédia ; et Sémanticpédia, qui vise à faciliter la sémantisation et la publication de données issues des projets Wikimedia en français. Wikimédia France souhaite profiter de cet événement pour mettre en évidence la complémentarité de ces deux projets. Les personnes ayant participé à la mise en place de Sémanticpédia en France (la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France, l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique et l’entreprise Vocal Apps) seront ainsi invitées à participer à ce Hackathon.

Cette année, Wikimédia France ouvre les portes du Hackathon Wikimedia au grand public. Une présentation du mouvement Wikimedia et des projets (Wikipédia, Wikimedia Commons, Wiktionnaire et bien d’autres !) ; ainsi que de l’association Wikimédia France et de ses actions sera proposée aux curieux. Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant !

Inscription Hackathon Lyon 2015

[1] “Hacker osmosis: Ideas abound at the European Hackathon in Zurich“, Wikimedia Blog, Lila Tretikov

by Jean-Philippe Kmiec at April 22, 2015 02:36 PM

April 21, 2015

Linterweb

Les archives Wikiwix des liens externes reviennent !

Interrompu depuis quelque temps déjà, le service d’archivage automatique des liens externes de Wikipedia placés dans les notes de bas de page, à la semblance du beau phœnix, renaît de ses cendres !

 

Comme vous le savez, depuis plusieurs années, suite à cette prise de décision : Wikipédia:Prise_de_décision/Système_de_cache, nous (enfin, Linterweb, quoi ! ) archivons  les liens externes apparaissant dans les notes de bas de page des articles de Wikipédia. Ceci afin que ces pages extérieures à Wikipédia restent accessibles telles qu’elles étaient lors de leur insertion dans l’article, même en cas de modification ultérieure ou de suppression de la page externe.

 

Mit roten Kreisen eingekreist, von Linterweb archivierte externe Weblinks

Mit roten Kreisen eingekreist, von Linterweb archivierte externe Weblinks

 

Par exemple, prenons l’article sur la commune de Faux, en Dordogne. Dans la section Liens externes, vous voyez un lien vers la page de Faux sur le site de l’Institut géographique national. Malheureusement, cette page n’est plus accessible : le lien http://www.ign.fr/affiche_rubrique.asp?rbr_id=1087%26CommuneId=25179 mène vers une belle Erreur 404 : la page n’a pu être trouvée… :-(

IGN Faux page manquante

 

 

Pour remédier à ce problème, Linterweb sauvegarde sur ses serveurs ce genre de liens externes. Pour notre exemple, la page manquante de l’IGN peut ainsi être retrouvée sur nos serveurs : http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.ign.fr/affiche_rubrique.asp?rbr_id=1087%26CommuneId=25179.

 

IGN Faux Cache Wikiwix

 

La page est telle qu’elle était lorsqu’elle a été archivée. La page est manquante sur les serveurs de l’IGN mais toujours consultable sur les nôtres.

 

Depuis quelques semaines, les disques durs dédiés à l’archivage des pages étaient arrivés à saturation, et nous avions été obligés d’interrompre le service. De 2,7 teraoctets, leur capacité a été augmentée à 11 teraoctets, ce qui devrait nous permettre d’être désormais tranquilles pour plusieurs années.

 

Nous remettons donc en route le service d’archivage automatique. Mais armez-vous de patience : il faudra au minimum plusieurs semaines avant que le service soit à nouveau pleinement opérationnel.

 

Les liens externes non archivés pendant l’interruption de service seront récupérés à partir des fichiers de sauvegarde de Wikipédia, afin qu’aucune page ne soit perdue.

 

Ce projet est intégralement financé par Linterweb, une société néo bretonne de trois salariés, et intégralement hébergé en Haute-Normandie, au Crihan.

 

Ce service nous paraît vraiment extrêmement utile : dans les articles, beaucoup de références comportent un ou plusieurs liens externes, qui permettent de sourcer, de vérifier, les affirmations énoncées dans l’article. Cette exigence de sourçage est un point clé de la crédibilité des articles. Maintenant, il suffit que la page externe servant de source soit modifiée ou supprimée, et la vérification est rendue de fait beaucoup moins évidente, voire impossible, pouvant alors remettre en cause toute la crédibilité de l’article, surtout si surviennent des conflits entre utilisateurs à propos de la véracité d’une affirmation donnée. Pour éviter la perte de cette information que constituent les liens externes, pour s’assurer que la crédibilité de l’article demeurera dans le temps, pour éviter nombre de conflits, le système d’archivage proposé par Linterweb est une nécessité.

 

Cette année nous avons prévu de passer quelques semaines à l’amélioration de ce service. Merci de nous faire part de vos suggestions d’améliorations ici : Utilisateur:Pmartin/Cache_v2.

 

En espérant que vous apprécierez l’utilité de ce service, cordialement :-) Matthieu.

 

Et je chantais cette romance

En 1903 sans savoir

Que mon amour à la semblance

Du beau Phénix s’il meurt un soir

Le matin voit sa renaissance.

Linterweb est une société d’informatique qui, depuis maintenant plusieurs années, développe un certain nombre de produits, dont la plupart sont liés de plus ou moins près à Wikipédia. Entre autres :

  • Wikiwix, un moteur de recherche sémantique qui restreint ses résultats aux articles des divers projets de la Fondation Wikimédia ;
  • Okawix, le navigateur Wikipédia hors-ligne libre et gratuit qui permet de lire en mode déconnecté les articles des projets de la Fondation Wikimédia, aussi bien que des archives de votre propre site web ;
  • un programme d’archivage des pages web externes à la Wikipédia (c’est-à-dire, les pages web qui ne font pas partie de Wikipédia, mais auxquelles mènent des liens placés dans les articles de la Wikipédia, dits liens externes), afin que ces pages web externes restent consultables, et que les liens externes ne donnent pas des liens brisés ; ce programme est utilisé, en particulier, pour tous les liens externes des projets Wikimédia francophones, ou encore sur les Wikipédias roumanophone et magyarophone ;
  • allingroups autoposteur Facebook, un service permettant de publier automatiquement des messages sur tout ou partie des groupes Facebook auxquels vous êtes abonné (auto-posteur Facebook) ;

by Matthieu at April 21, 2015 01:08 PM

April 19, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 16 – Jeunes contributeurs

Wikipédia compte 1 613 618 articles, 17 045 contributeurs actifs (73 admins actifs). Brèves du bistro Lundi. Polémique sur une clôture et le faux-nez d’un CU sur fond de pierrots « le maître est banni, les adeptes restent » ■ Le cas d’un jeune contributeur jugé maladroit … Continuer la lecture

by Frakir at April 19, 2015 02:49 PM

April 14, 2015

CHWiki

France – Danemark

Ne reculant devant aucun sacrifice, j’ai – encore une fois – parcouru les 80 kilomètres qui séparent mes pénates de Megève, pour photographier le match amical France – Danemark le samedi 4 avril. En hockey sur glace. Oui, la France a une équipe de hockey sur glace. Elle est même classée au douzième rang mondial. […]

by Clément at April 14, 2015 11:26 AM

JLB-EB

Après la première étape de la journée combo, direction Bourg-en-Bresse, où la Jeu recevait un monument du basket français :  L’Elan béarnais. Un show à l’américaine… … pour une victoire des locaux (bonne journée pour les équipes de l’Ain!). En attendant la catégorie Commons, quelques photos de plus sur Flickr.

by Clément at April 14, 2015 11:10 AM

USO – CAB

Pris par différentes choses (et atteint d’une attaque de flemmingite aigue), j’ai accumulé un peu de retard… Je vais donc y remedier, en commençant par le premier acte de ma journée combo : le match opposant l’US Oyonnax au CA Brive le 28 mars. Après m’être fait accuser de vol par le responsable de la […]

by Clément at April 14, 2015 10:32 AM

April 12, 2015

Les échos d'en bas

Épisode 15 – Bandeaux

Wikipédia compte 1 611 712 articles, 17 389 contributeurs actifs (75 admins actifs). Brèves du bistro Mardi. Bandeau Ébauche : Ras le bol [Vote pour les supprimer]. Vendredi. Poussons la politique de la notoriété à son maximum, et wikipedia ne sera plus qu’un media showbizz … Continuer la lecture

by Frakir at April 12, 2015 08:53 AM

March 31, 2015

Coyau

Au hasard — des bandes dessinées et des lettres

Donc… je traînais sur archive.org, juste pour voir si j'arrive à trouver des trucs par là sans utiliser le mot sérendipité (qui est moche comme tout).
Et donc cette fois-ci, j'ai trouvé le stock de mangas. Ne me demandez pas pas quel miracle tous ces trucs-là se retrouvent disponibles à cet endroit, et traduits en anglais (je n'ai pas trouvé de japonais, dans le lot) ni combien de temps ça va durer avant qu'un ayant-droit s'énerve. Visiblement ce sont des scans (propres pour ce que j'en ai vu) traduits en anglais (ou bien des versions américaine, mais je ne comprends pas comment ça se fait, et puis bon, il faut bien reconnaître que ce que je comprends ou ne comprends pas, on s'en tamponne le coquillart avec une pelle à gâteau, pour être honnête), désolé si vous les cherchez en japonais ou on occitant, je n'en ai pas trouvé dans ces langues-là.

Au passage, à propos de traduction de bande dessinée, David Revoy, l'auteur de Pepper & Carrot (c'est mignon comme tout, c'est sous licence libre — cc-by —  et c'est l'occasion de développer/promouvoir tout un tas de logiciels libres qui marchent),  fait de grandes expériences de bande dessinée et de traductions à base de svg — j'ai lu les explications en diagonale.

Bref, j'ai commencé à relire Blame!. Le site en version bêta est assez joli, ça change du truc ante-diluvien qui me faisait serrer les dents à chaque fois que je m'y retrouvais.
Et soudain, je me suis arrêté. J'étais en train de faire une fixette sur le lettrage, ces trucs visiblement écrits avec un ordinateur, mais qui font semblant d'être écrits à la main… bref, je me suis retrouvé sur des sites de polices de caractères…
Qu'est-ce que j’espérais trouver là-dessus ?... alors effectivement, il existe bien des flopées de polices de caractères qui disent je suis une police pour manga, qu'il ne faut pas confondre avec la flopée de polices qui disent je suis une police pour comics — visiblement il y a une différence —, et tout ça est perdu dans un océan de trucs ridicules et inutilisables à effet genre poster Wanted dans un western italien (avec les trous de balle savamment répartis entre les haut et les bas de casse) avec des acteurs américains blacklistés, allemands de l'Est ou italiens et des supplétifs de l'armée franquiste comme figurants.
De là, je me suis inexplicablement retrouvé sur Commons, à chercher des lettres. Et je suis tombé sur ça :
Ça sort d'un bouquin de Luca Pacioli dans lequel visiblement Léonard de Vinci a été impliqué à un moment où à un autre… Hein ? Léonard de… Et il n'y a pas d'article sur Wikipédia en français, ce bouquin ?…
On arrête tout, je vais faire un truc, je reviens.

Ouf, ça va mieux !
Je reprends, j'en étais où ?…
Ah oui, bon, tant que je suis là, le bouquin a été scanné et il est sur archive.org (comme par hasard, et parce que le monde est bien fait), j'imagine que ça aurait sa place sur Wikisource, mais l'italien et moi (et puis c'est pas comme si j'avais pas déjà des travaux titanesques en cours sur Wikisource, et qui m'attendent)…
Par contre, le truc énervant, c'est que l'alphabet de Pacioli (ça se prononce patchouli ?), qui n'a déjà que 23 lettres à la base, avait glorieusement 7 fichiers sur Commons (dont deux A).
Mais, le Metropolitain Museum (il faut être sérieux, la Renaissance a été inventée à New York, impossible de parler de l'un sans passer par l'autre) a scanné toutes les lettres, et c'est le Met, donc ils font ça bien : en bonne résolution, disponible, facile d'accès, bien décrit, utilisable, sans restrictions idiotes et indues. Bref, j'ai tout mis sur Commons ici.

Au chapitre anecdotique, deux choses : d'une, c'est un alphabet avec deux O, et de deux, le logo du Met, c'est le M de Pacioli.

by Coyau (noreply@blogger.com) at March 31, 2015 07:13 PM

March 30, 2015

Coyau

Au hasard — sous-titrage

Je traînais sur archive.org, juste pour voir si j'arrive à trouver des trucs par là sans utiliser le mot sérendipité (qui fait un peu cuistre, à force d'être expliqué à longueur dans les médias mainstream qui font tout le contraire).
Et j'ai trouvé un film avec Johnny Cash (le type que soudainement tout le monde avait prétendu connaître depuis les années 1960 quand le biopic est sorti, tu m'étonnes, après avoir lu le dossier de presse…), si ça vous amuse, c'est une série B sans prétentions, juste avec Johnny Cash dedans. J'ai créé l'article sur Wikipédia ici, avec pas grand'chose dedans, quelqu'un a importé le film sur Commons (visiblement le copyright n'a pas été renouvelé, donc c'est dans le domaine public aux États-Unis), et j'ai exaspéré toute la cabale à sous-titrer le bidule (en anglais, il faut bien commencer quelque-part, à l'heure où j'écris, il faudrait relire cette retranscription — il y a deux ou trois répliques un peu étranges —, et faire une traduction en français, si puis quelqu'un veut bien allumer la cafetière, ça sera parfait).

Parti sur ma lancée sous-titreuse, j'ai sous-titré (en français, cette fois, car je parle couramment cette langue) une porte de métro enregistrée par Litlok.
Juste parce que c'est possible. Elle est pas belle la vie ?

À l'époque où on a commencé à parler de vidéos sur Commons, il y a eu une vague de grandes idées, comme faire de Commons un site de montage vidéo collaboratif (ça a abouti à une page d'aide oubliée sur comment faire un diaporama de photos de chats, ne me demandez pas comment on en est arrivés là) ou sous-titrer des vidéos dans toutes les langues (ça, c'est très bien, ça rend les vidéos cherchables en texte, du point de vue accessibilité aussi on m'a dit que c'est cool), les gens de universal subtitle, qui avaient un combo logiciel + site 2.0 (user-generated-content/réseau social) de sous-titrage — internet est un bidule formidable — ont pondu une vague page d'aide sur leur solution, avec tutoriels vidéo (depuis leur projet a changé de nom, les tutoriels sont devenus complètement obsolètes, la page n'a jamais été mise à jour).

J'avais commencé à sous-titrer Johnny Cash là bas, leur bidule est assez pratique, un peu slick dans l'esthétique, mais pas trop, le problème c'est que ça ne marche pas avec des vidéos foirées. Parce que oui, ça, ça existe toujours aussi.
Donc, en toute logique, j'ai essayé de faire ça en local (le système où le fichier est stocké pas trop loin de l'écran, ça me rassure, allez savoir pourquoi…) avec SubtitleWorkshop, qui est beaucoup moins slick, qui a des raccourcis claviers dont je n'ai pas compris la logique, mais qui fait le boulot (et qui a un article vide sur Wikipédia en français) — pas avec les fichiers corrompus, cela dit. En passant, j'ai vu que ce logiciel est prévu pour traduire les sous-titres (il affiche les textes en VO d'un côté et la traduction de fait en regard).

Avec les fichiers audio comme la porte de métro, ça a fait planter Subtitle Workshop.
Donc j'ai fait ça dans un éditeur de texte, j'imagine que vous en avez tous un ou deux, c'est pas super pratique, mais pour une dizaine de sous-titres, ça se gère plutôt bien (je n'essaierais pas comme ça pour un long-métrage d'un millier de sous-titres).
Tant que l'en suis là, il faut quand même que je dise que sous-titrer des fichiers son, ça se fait pour les bidules genre karaoké (ceux où il n'y a pas une vidéo risible en fond d'écran), et il existe des logiciels qui font ça, et que je n'ai pas eu le courage d'essayer, vu que le temps que j'aurais mis à retrouver le bidule sur internet, l'installer l'essayer, je l'ai mis à faire le sous-titrage.

Demain, le même billet qu'aujourd'hui, mais sans sous-titre et avec de la bande dessinée dedans.

by Coyau (noreply@blogger.com) at March 30, 2015 02:08 PM